25 °C Port-au-Prince, HT
22 août 2019

Les dilapidateurs du Fond PetroCaribe sont plus dangereux que les bandits de Grand-Ravine selon André Michel

Suite au communiqué de presse du Ministère de la justice et de la sécurité publique en date du 9 Mai 2018 qualifiant les journalistes de complices de bandits notoires à qui ils donnent la parole, l’avocat et militant politique André Michel a réagi en déclarant que ce communiqué constitue une atteinte caractérisée et inacceptable à la liberté d’expression en Haiti.

» Non non monsieur le ministre, il est dans le Pouvoir discrétionnaire d’un journaliste de décider à qui il doit donner la parole. C’est la règle. Le fait de donner la parole à Bandit Notoire qui avoue ses forfaits ne fait pas du journaliste un complice. Monsieur le ministre, j’ai l’impression que vous avez oublié les éléments de base constitutifs de la Complicité en Droit Pénal. C’est quand même grave ! » Peut-on lire dans une note portant la signature de Me. André Michel dont KAPZY NEWS a obtenu copie.

De l’avis du militant de l’opposition André Michel, les bandits de Grand-Ravine sont dix mille fois moins dangereux que celles et ceux qui ont dilapidé les 3.8 milliards de dollars américains du Fonds PetroCaribe ajoutant que Si les bandits de Grand-Ravine ou de n’importe quel autre quartier Populaire commettent des exactions inacceptables sur certaines personnes, celles et ceux qui ont dilapidé les 3.8 milliards de dollars américains du Fonds PetroCaribe ont signé l’arrêt de mort de nos douze millions de citoyens éparpillés sur nos 27.000 kilomètres Carrés de superficie en les condamnant à vivre dans la misère, sans soins de santé, sans éducation et sans alimentation.

roodygermain@kapzynews.com

Roo

error: Content is protected !!