25 °C Port-au-Prince, HT
25 novembre 2020

Commémoration de la journée internationale des prisonniers: l’OPC critique la situation des détenus dans les centres carcéraux en Haïti

Dans une note de presse parvenue à la rédaction de l’agence de presse en ligne KAPZY NEWS, portant la signature du protecteur du citoyen, Me. Renan Hédouville, l’office de la protection du citoyen « OPC » critique les conditions inhumaines et dégradantes des détenus dans les centres carcéraux en Haïti à l’occasion de la commémoration internationale des prisonniers.

Commémoration de la journée internationale des prisonniers: l'OPC critique la situation des détenus dans les centres carcéraux en Haïti 1

Par: Berrick ESTIDORE

Toutefois, l’Institution Nationale, indépendante de promotion et de protection des droits humains rappelle que chaque dernier dimanche du mois d’octobre est consacré à la commémoration de la journée internationale des prisonniers.

D’après l’OPC, cette commémoration en Haïti, se situe dans un contexte de vives préoccupations avec la violation systématique des droits de plusieurs milliers de personnes, détenues dans les centres carcéraux pendants cette année.

En effet, marquée par une série d’événements, cette année a été particulièrement difficile pour les détenus. À côté des troubles sociopolitiques enregistrés dans le pays, l’apparition de la covid-19, les mouvements de grèves des magistrats et des greffiers ont eu également des conséquences néfastes sur le fonctionnement de la justice et particulièrement sur la chaine pénale. Peut-on lire dans la note

LIRE AUSSI:  Haïti: Rose Lumane Saint-Jean, lauréate de la 5e édition du concours de plaidoirie sur les droits humains

L’Office de la Protection du Citoyen salue le dévouement de la Direction de
l’Administration Pénitentiaire (DAP) en raison des dispositions adoptées, à travers un plan de contingence, pour limiter la propagation de la covid-19 et éviter une catastrophe humanitaire dans les centres de détention.

Par ailleurs, l’OPC déplore
l’irresponsabilité et la négligence des autorités concernées qui n’ont adopté, jusqu’à date, aucune mesure pour procéder à l’ouverture de la prison civile de petit Goâve afin d’améliorer le sort d’environ deux cents détenus entassés dans deux petites cellules en violation des normes applicables en la matière.

L’OPC saisit l’occasion pour déplorer également les actes de cambriolage perpétrés au greffe du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince dans la matinée du 19 octobre dernier où des pièces dans le corps du délit du dossier de
l’assassinat de Maitre Monferrier Dorval ont été mystérieusement emportées.

LIRE AUSSI:  L'OHDH exige le résultat de l'enquête sur la disparition de Legagneur

En outre, l’OPC recommande une plus grande implication des autorités étatiques dans le fonctionnement des centres carcéraux du pays dans une perspective d’amélioration des conditions de vie des personnes privées de liberté.

error: Content is protected !!