35 °C Port-au-Prince, HT
19 juin 2024

Le Commissaire du Gouvernement de Jérémie ordonne la libération de Luzinska Jean, impliquée dans l’affaire du viol de la fillette de 3 ans

Dans une interview exclusive accordée à l’agence de presse en ligne KAPZY NEWS, dans l’après-midi du 21 février 2024, le Coordonnateur de l’Initiative Départementale contre la Traite et le Trafic des Enfants (IDETTE), M. Guillaume Gérald, a dénoncé le comportement immoral du Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Jérémie, Me. Pyram André Marie, après la décision de mettre en liberté la nommée Luzinska Jean, détenue au commissariat de l’Anse d’Hainault, pour complicité de viol au préjudice de la fillette de trois (3) ans, dans la commune de Dame-Marie (Grand-d’Anse).

Le Commissaire du Gouvernement de Jérémie ordonne la libération de Luzinska Jean, impliquée dans l'affaire du viol de la fillette de 3 ans

Le numéro 1 de l’IDETTE qui crie au scandale estime que la décision du chef du parquet de Jérémie est illégale et arbitraire. Selon M. Guillaume Gérald, la justice haïtienne doit veiller à ce que les principaux auteurs et complices du viol, M. Wagner Jean Luc, âgé de 25 ans et Luzinska Jean, soient jugés et condamnés, conformément à l’article 3 du décret du 6 juillet 2005.

M. Guillaume a rappelé que le juge de paix titulaire du tribunal de Dame-Marie, Me. Paulin Millien, avait rendu une ordonnance de renvoi (ORDRE DE DEFERREMENT) en date du 21 janvier 2024 après avoir analysé la compétence du tribunal de paix, la nature du délit, les pièces et éléments de preuve produits concernant le dossier de Mme. Luzinska Jean, accusée de complicité d’agression sexuelle sur la mineure Niakendialie Boyer (3 ans).

Par ailleurs, le coordonnateur de l’IDETTE a applaudi le Doyen a.i du Tribunal de Première Instance de Jérémie pour avoir demandé de sursoir sur l’ordonnance de mise en liberté en faveur de la détenue Luzinska Jean et a appelé à la révocation du chef du parquet de Jérémie en l’occurrence Me. Pyram André Marie.

Il faut souligner que l’Initiative Départementale contre la Traite et la Traite des Enfants (IDETTE), à travers une note, a exprimé une forte indignation après le viol et a affirmé que les autorités haïtiennes, notamment le parquet près du tribunal civil de Jérémie normalisent voire encouragent le viol dans le département de la Grande Anse.