27 °C Port-au-Prince, HT
31 octobre 2020

La rencontre du CSPN avec les sénateurs ne présage rien de bon

Par :Akao Gerson DOMINIQUE
Paru le 21 juin 2018

Alors que tout le pays attendait à ce que le CSPN accompagné de son titulaire bien sûr, fournisse des informations sur l’État sécuritaire du pays lors de la séance plénière réalisée par le sénat de la république le mardi 5 juin 2018, séance qui a été pourtant mise en continuation. A la surprise de tous, elle s’est tenue mardi 19 juin 2018 à la salle des commissions du sénat de la république. Le CSPN a répondu au grand complet.Cette séance transformée en rencontre a durée plus de quatre heures loin des yeux des journalistes « pour des raisons d’état ». Il était encore question pour les sénateurs de se renseigner sur le climat de sécurité qui règne dans le pays, le dossier du café trío et l’arrêté présidentiel du 23 mai 2018 exigeant la subordination des décisions de nomination et de transfert des directeurs centraux et départementaux de la PNH, à l’approbation du conseil supérieur de la police nationale(CSPN) étaient au coeur des discussions.

Le président de la commission justice et sécurité publique, Jean Renel Sénatus assure avoir fait certaines recommandations au CSPN.Par ailleurs, le parlementaire s’est prononcé sur l’arrêté réduisant le pouvoir du DG de la PNH. « Le premier ministre promet de réunir en conseil des ministres à cet effet en vue d’en apporter certaines modifications au profit de la bonne marche de la PNH » a-t-il déclaré. Par ailleurs, l’élu de l’ouest craint que la politisation de la PNH soit profitable aux successeurs du pouvoir en place, voilà pourquoi, il veut à tout prix anticiper pour éviter le pire.

LIRE AUSSI:  LAKOU POLITIK :Nettoyage des rues de Cité Soleil samedi

Pour ce qui est des incendies qui frappent à répétition les marchés publics principalement à travers la zone métropolitaine, le sénateur assure que le secrétaire d’état à la sécurité publique, Ronsard St-Cyr mettra donc en place un véritable plan de sécurité pour freiner cette pratique. Le président du CSPN, Jacques Guy Lafontant, de son côté, se réjouit de cette rencontre qui dit-il s’est réalisée dans une ambiance de convivialité. « Mon gouvernement est l’un des rares à rencontrer autant de fois avec les parlementaires soit en séance plénière ou en commission sur les questions nationales », se félicite-t-il sans prendre le soin de palper du doigt les résultats de ces différentes rencontres.
« Le CSPN va mettre tout en oeuvre pour établir un climat de sécurité pour enfin trouver une solution aux problèmes de cadastres et attirer ainsi des investisseurs étrangers en Haïti » Promet-t-il.

Alors que le palais national, la primature, le ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales et le CSPN disposent des millions gourdes pour faire fonctionner le service d’intelligence national, le chef du CSPN quémande des informations auprès de la population en signe de collaboration afin de rétablir l’atmosphère sécuritaire dans le pays. Car selon lui, la question de la sécurité nationale concerne tous les haïtiens indistinctement.

LIRE AUSSI:  KAPZY NEWS lance officiellement son site Web

Dans la foulée, le numéro un du CSPN donne la certitude que le directeur général de la PNH, Michel Ange Gédéon détient de bonnes informations qui leur permettraient de traquer les bandits, puis les conduire devant la justice.

Au terme de cette rencontre, le premier ministre, questionné sur son interpellation au niveau de la chambre basse, d’une voix teintée d’inquiétude répond-t-il, « cela n’a pas été à l’ordre du jour de cette rencontre ». Il est à noter que la séance d’interpellation du chef du gouvernement annonce les couleurs dans l’hémicycle de la chambre des députés, la preuve, l’homme en question n’est pas de tout repos au sein de la primature.

En tout cas, il a un intervalle d’au moins huit jours pour connaître ses vrais alliés dans les rangs des députés de la majorité.

error: Content is protected !!