32 °C Port-au-Prince, HT
22 septembre 2020

La députée de Jérémie exige le respect du quota de 30% de femmes dans le futur gouvernement

La députée de Jérémie, Marie Gladys St Jean Lundy, intervenant sur les ondes de Tropic Fm, prenant comme boussole l’article 17-1 de la constitution amendée de 1987, persiste et signe que le prochain gouvernement, dans sa composante, en contradiction avec cette loi ne peut en aucune façon être ratifié par les parlementaires. Ce qui, précise-t-elle, implique la présence de tout au moins six femmes comme ministres.

La députée de Jérémie exige le respect du quota de 30% de femmes dans le futur gouvernement 1

Par : Akoa Gerson Dominique

Depuis après la proposition du député de Grand-Goâve, Jean Marcel Lumerant, visant à rationaliser les dépenses des fonds de l’Etat, préconisant ainsi l’élimination d’environ quatre ministères dans la formation du nouveau gouvernement, parmi lesquels figure celui à la condition féminine et aux droits des femmes; le torchon brûle entre certains députés du groupe des 16 et les défenseurs des droits des femmes.

Lélue de Jérémie pose ses conditions pour qu’elle se positionne dans les rangs des députés qui s’apprêtent déjà à voter en faveur du notaire Jean Henry Céant comme prochain chef du gouvernement.

« Outre l’énoncé de la déclaration de sa politique générale qui doit s’adapter aux urgences de l’heure, il est plus que fondamental que le principe du quota 30% de femmes soit respecté dans la formation de son gouvernement », a déclaré Marie Gladys St Jean Lundy. « On ne peut pas continuer à avoir une société fondée sur de criantes discriminations affectant la gente féminine », ajoute-t-elle, tout en critiquant vivement la proposition de l’un de ses pairs qu’elle qualifie de machiste, vu qu’elle porte profondément atteinte aux droits des femmes.

LIRE AUSSI:  Les députés de l'opposition menacent de boycotter la séance en Assemblée nationale

Plus loin, la présidente de la commission permanente à la condition féminine et équité de genre de la chambre des députés, Marie Gladys St jean Lundy, dressant un tableau extrêmement sombre de la situation actuelle du pays, révèle que les défis qui attendent le prochain numéro un de la primature sont de taille.

La 50e législature, sous la présidence de Gary Bodeau, sera-t-elle à la hauteur de faire respecter point par point les lois de la République, en particulier l’article 17-1de la constitution amendée de 1987, stipulant l’application du quota d’au moins 30% de femmes dans les postes de décision de la vie nationale ? Il reste donc à confirmer si la députée de Jérémie aura gain de cause ou non.

error: Content is protected !!