34 °C Port-au-Prince, HT
13 juin 2024

Des syndicalistes antigouvernementaux annoncent une manif à 17 branches

À la veille des 212 ans de l’assassinat de l’Empereur Jean Jacques Dessalines, des syndicalistes dont Josué Mérilien de l’Union Nationale des Normaliens Haïtiens (UNNOH) et Guy Numa du Mouvement 22 Janvier (M22) lancent un appel à la mobilisation générale pour la journée du 17 octobre 2018, a observé l’agence en ligne KAPZY NEWS.

Des syndicalistes antigouvernementaux annoncent une manif à 17 branches

Par: Celou FLECHER

Selon leurs dires, ce sera une manifestation à 17 branches à travers tous les coins et recoins de la région métropolitaine de Port-au-Prince pour continuer non seulement d’exiger la reddition des comptes sur la dilapidation du fonds Pétrocaribe, mais aussi pour forcer le chef de l’État Jovenel Moïse à donner sa démission.

L’un des syndicalistes radicaux Guy Numa de M22 a déclaré que plusieurs lieux de rassemblement ainsi que des points stratégiques sont déjà identifiés pour faciliter le bon déroulement de la journée. Il s’agit de : Saint Jean Bosco, Champs de Mars, Carrefour Aéroport, Bel-Air, Carrefour Péan ,Pétion Ville, Cité Soleil. Notre objectif est d’atteindre le périmètre du Champ de mars, a-t-il expliqué.

À son tour, le syndicaliste Josué Mérilien a déclaré que la date du 17 octobre 2018 doit être considérée comme un deuxième soulèvement populaire général après celle de la révolte des esclaves dans la nuit du 22 au 23 août 1791 pour permettre dit-il, au pays de retracer les 3.8 milliards de dollars américains dilapidés par les hauts fonctionnaires de l’État et libérer le pays sous le joug des accapareurs.

Le professeur exhorte la population haïtienne, notamment les élèves en particulier, les lycéens en général ainsi que des étudiants de l’université publiques et privées à investir les rues des 10 départements du pays pour envoyer des signaux clairs au régime en place.

Par ailleurs, le syndicaliste opposant a fustigé le comportement du Président Jovenel Moïse qui selon lui, certaines informations faisant croire qu’une enveloppe de 30 mille gourdes aurait distribué aux agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) en vue d’interdire toute forme de mobilisation permettant au peuple d’exprimer sa frustration. Toutefois, il invite les policiers de ne pas aller au clash avec les manifestant pour éviter le pire.