30 °C Port-au-Prince, HT
2 novembre 2022

Variole du singe : deux morts en Espagne et un au Brésil, des suites de la maladie

Les autorités brésiliennes ont annoncé ce vendredi le premier décès lié à la variole du singe sur leur sol. Le défunt, un homme de 41 ans, « était suivi à l’hôpital pour d’autres affections cliniques graves » et est décédé jeudi, a déclaré le secrétariat à la Santé de l’État brésilien de Minas Gerais, dans le sud-est du pays, dans un communiqué. Le patient, qui selon les médias locaux avait de graves problèmes d’immunité, est décédé à l’hôpital Eduardo de Menezes de Belo Horizonte.

Variole du singe : deux morts en Espagne et un au Brésil, des suites de la maladie

« Il est important de souligner qu’il avait des comorbidités graves, pour ne pas susciter de panique dans la population. La mortalité (liée à cette maladie) demeure très basse », a déclaré le secrétaire à la Santé de Minas Gerais, Fábio Baccheretti, qui a expliqué que le patient suivait un traitement contre le cancer. Selon le ministère de la Santé, le Brésil a recensé près de 1 000 cas de la variole du singe, la plupart dans les États de Sao Paulo et Rio de Janeiro, également situés dans le sud-est du pays.

4 298 cas recensés en Espagne

Dans le même temps, les autorités espagnoles ont également annoncé un premier mort de la variole du singe sur leur territoire. Selon El Pais, qui cite le ministère de la Santé de la Communauté valencienne, le décès a été causé par une encéphalite associée à l’infection à la variole du singe et est survenu dans la région de Valence. En Espagne, près de 4 298 cas ont déjà été recensés. En comptant les premiers décès en Espagne et au Brésil, la variole du singe a causé la mort de sept personnes dans le monde ces derniers mois.

Un autre décès dans le pays a été révélé ce samedi midi par le ministère espagnol de la Santé. « Parmi les 3.750 patients (…) 120 cas ont été hospitalisés et deux sont décédés », a indiqué le Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires du ministère dans son dernier rapport publié samedi, sans préciser la date de ce deuxième décès.
Samedi dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclenché le plus haut niveau d’alerte, l’Urgence de santé publique de portée internationale (USPPI), pour renforcer la lutte contre la variole du singe. Selon l’OMS, plus de 18 000 cas de variole du singe ont été détectés dans le monde depuis le début du mois de mai en dehors des zones endémiques en Afrique, alors que la maladie a été signalée dans 78 pays, dont 70 % des cas sont concentrés en Europe et 25 % dans les Amériques.

error: Content is protected !!