27 °C Port-au-Prince, HT
20 mai 2022

Editorial

Haïti: La mort se promène toute nue dans les villes et faubourgs, alors que les ministres continuent de percevoir leur salaire, allègrement et éhontément

Haïti: La mort se promène toute nue dans les villes et faubourgs, alors que les ministres continuent de percevoir leur salaire, allègrement et éhontément

D’aucuns qualifient la décennie haïtienne 2011-2021 de décennie d’horreur, de calamité et d’enfer, que ce soit sur le plan politique, sur le plan économique et social. On peut se demander s’ils n’ont pas raison, considérant la déchéance multiforme à laquelle toutes les couches du pays assistent depuis l’ère Martellienne à date, sans ignorer que bien avant la présidence délinquante du 7 février 2011, les choses n’étaient pas roses.

Au nom de la démocratie: Ne devrait-on pas dire non à la violence faite aux journalistes?

Au nom de la démocratie: Ne devrait-on pas dire non à la violence faite aux journalistes?

La brutalité contre des journalistes atteint une résonance inédite en Haïti. On ne passe pas une année sans ne pas enregistrer des agressions verbales ou physiques à l’encontre de ces derniers dans l’exercice de leurs fonctions. Le constat est grave et même gravissime. Plusieurs professionnels du métier témoignent qu’ils ont été la cible de certains policiers et leaders politiques lors des grandes manifestations populaires.

Accepter la défaite pour tout rebalancer

Accepter la défaite pour tout rebalancer

Ce deuxième lundi du mois de Janvier, selon les voeux de la constitution, sera marqué par la fermeture de la session extraordinaire et l’ouverture de la première session ordinaire de l’année législative. (Const 1987. Art. 92-1 & 98-1). Ordinairement, on a l’habitude d’organiser une séance en assemblée nationale pour permettre au président de la République de délivrer son message à la nation. Il n’y a pas que le président. Le premier ministre et le parlement dans ses deux branches auront aussi la charge de présenter leur bilan au grand public.

Le drapeau haïtien de nos jours est bafoué

Le drapeau haïtien de nos jours est bafoué

Par: Dominique Akao Gerson Le bicolore haïtien reste le témoignage et le symbole vivant de différentes batailles meurtrières conduisant à l’indépendance d’Haïti. On est le premier peuple noir ayant décidé de dire non à l’esclavage et non à l’inégalité raciale. Le premier janvier 1804 marque le jour où ce peuple nègre a gravé son nom […]

error: Content is protected !!