30 °C Port-au-Prince, HT
26 septembre 2020

Quand un roman estime important de vous écrire publiquement

Une salutation spéciale à vous. *On m’appelle vécue 20 ans plus tôt, racontée 20 ans plus tard.* Je viens sous la plume d’un immense penseur connu sous le nom de Robenson Louis. A la fin de cette semaine, soit le vendredi 25 mai 2018, mon concepteur souhaite me rendre public au grand public de la république à l’école Saint François de Sales sis à Rivière-Froide à partir de 10 heures AM au prix de 250 gourdes.

Par: Carlens NAPOLEON.
Le Philanthrope
Temps de lecture: 48 Sec.

Comme entre ami, rien n’est secret; laissez-moi le temps de vous faire une sacrée confidence. Pas plus tard qu’hier, mon concepteur refusait de me publier par le fait qu’il pense qu’un écrivain reste quelqu’un qui travaille pour le Roi de la Prusse (Travailler beaucoup pour être rémunéré peu). Sans nul doute, il voulait m’immerger dans les nuits froides de l’oubli à cause de la méconnaissance de votre caractère. Ce qui m’a tragiquement blessé. Avant qu’il choisisse de me mettre en vente signature chez les soeurs de Sainte Thérèse de l’enfant Jésus à Rivière-Froide, je l’avais lancé une mise en garde en lui disant que je dois vous retrouver peu importe le moyen. «J’ai vécu 20 ans déjà et on a pris 20 ans encore pour me raconter aux gens, alors si vous jugez être bon que je dois rester toujours sous le voile de l’anonymat dans les Wagons, je me prostituerai», ai-je déclaré à mon auteur tellement je voudrais que vous m’achetiez. Et au final, il a fini par accepter de me livrer pleinement à vous.

LIRE AUSSI:  Les denrées de première nécessité sont tombées dans la nécessité.

Quid de mes bienfaits sur votre vie personnelle? Je suis alors ce roman qui aura à vous inspirer durant votre avenir. Je suis cette épopée qui aidera à vous faire comprendre autrement les aventures sentimentales. Mais quand on m’a dit que l’âge amenait la raison, j’étais obligée, comme épopée, d’être vécue 20 ans plus tôt et racontée 20 ans plus tard afin que je puisse avoir plus d’expérience à vous partager.

Avec toute mon humilité, je dois vous confesser que je ne suis pas un lingot ou une pépite de métaux somptueux, toutefois je reste cet ouvrage dont la teneur et la représentation rendent précieux et captivant. Mon géniteur me fait d’ailleurs accompagner de plusieurs chapitres où l’un est plus intéressant que l’autre. Chacune de mes pages vous invite à lire d’autres pages jusqu’à ma fin. Achetez et lisez-moi afin que nous ayons à deux nos pieds dans l’embrasure de l’éternité.

LIRE AUSSI:  Fritz Deshommes reçoit le prix de Joseph D. Charles de la bibliothèque Georges Castera du Limbé

Pour me procurer au cas où l’on ne pourrait pas effectuer le déplacement, on peut juste appeler ou écrire dans ces numéros de contact suivants: 48 67 23 66 / 46 30 19 42.

Tous droits réservés.

error: Content is protected !!