29 °C Port-au-Prince, HT
6 mars 2021

Le miroir de l'info !

Petrocaribe l’arbre qui cache la forêt.

Petrocaribe est le mot le plus en vogue en Haiti pour l’année 2018, ce mot se retrouve sur toutes les lèvres haïtiennes même sur celles des personnes appelées à tort les « Gwo zòtèy » victime du processus de l’institutionnalisation de la corruption empêchant leur formation adéquate.

Petrocaribe l'arbre qui cache la forêt. 1

Écrit par : Clyfood BAZELAIS

La corruption ne date pas aujourd’hui dans l’administration publique haitienne , elle remonte au lendemain de l’indépendance, Baron de Vastey personnifiait la corruption sous l’administration du père de l’indépendance.

Les corrupteurs et corrompus de tout acabit prennent le pays en otage depuis des lustres, ils s’approprient du trésor public. Quand la richesse devient une vertu c’est la démoralisation totale de la vie politique et la banalisation de l’impunité et de la corruption .

Les corrompus occupent toutes les fonctions importantes au niveau de l’Etat, ils sont les donneurs de leçons , ils accèdent à la magistrature suprême de l’Etat , ils sont Premier Ministre, Ministre, Directeur général , chef de cabinet , consultant, Député, Sénateur, Maire, diplomate, etc. Ils ont une seule mission, un seul objectif, dilapider les fonds publics, ils font de l’administration publique leur caverne d’Ali Baba. La corruption devient contagieuse, elle entre dans le subconscient de presque tous les haïtiens, la famille, l’église et l’école représentant les les trois (3) plus grandes institutions de la société font de la corruption une chose banale, on peut être objet de propos peu orthodoxes au sein même de sa secte, Ou de sa famille si on est réticent de faire partie du vaste cercle de corrompus, et de flatteurs du terroir.
À quand un vrai procès de consolidation ?lequel procès se diffèrera de celui organisé sous l’administration de Nord Alexis qui a permis à des anciens condanmés de devenir Présidents de la République en moins de deux ans, ses riches héritiers sont des personnalités importantes. Personne n’est obligée de déclarer la provenance de ses biens , le droit de demander des comptes est prohibé, on ne questionne pas la richesse de quiconque, le culte de l’argent facile devient droit . Seul un procès équitable des voleurs de deniers publics permettrait de jeter la base d’une autre Haiti, le fait de ne pas sanctionner des pilleurs prête le flanc aux grands mangeurs d’être plus gourmands, et plus friands de l’argent du trésor public . La non transparence dans notre vie de peuple accentue la misère parce que toute société qui ne priorise pas la sanction à l’égard des malfrats et des voleurs encourage la corruption.

#Kotelajanpetrokaribe a?
C’est une question à laquelle personne ne veut répondre. Cependant, tout le monde sait pertinemment que cet argent a été volé par la plupart des personnalités qui ont dirigé le Pays de 2006 à 2016 . Des firmes bidons ont été montées de toute pièce dans l’unique objectif de piller jusqu’au dernier centime ces fonds issus le manne pétrolière du Vénézuéla qui a offert à certains pays de la Caraïbe dont Haiti d’acheter les produits pétroliers à des prix préférentiels.

On doit rendre Hommage au premier Premier Ministre du pouvoir Martelly, qui a accepté de perdre son poste tant convoité pour avoir demandé la réévaluation de certains contrats douteux pour des sommes famineuses passés sous le gouvernement de Jean Max Bellerive.
Ces contrats ont obtenus OK de son successeur, Laurent Lamothe , l’homme 2.0 était omniprésent dans l’administration publique, il avait voix au chapitre pour avoir financé la compagne du président d’alors, la majorité des contrats passés gré-à-gré sous la fameuse loi d’urgence après l’ouragan Sandy en 2012 étaient surfacturés compte tenu des preuves évidentes détenues par l’actuel président Jovenel Moïse.

« Aliquis non debet esse judex in propria causa, quia non potest judex et pars » ( personne ne doit être juge de sa propre cause, parce qu’on ne peut être juge et partie ).

Le plus grand problème dans ce petro-dossier c’est que la plupart des personnes présumées impliquées dans le gaspillage des fonds petrocaribe seront à la fois juge et partie dans un éventuel procès, le président Jovenel Moïse est impliqué jusqu’aux os dans le dossier, il a reçu de l’argent pour des travaux non exécutés et sa compagnie est impliquée dans l’achat des lampadaires par le biais des contrats surfacturés suivant ses propres dires. Le Président controversé qui se contredit lui-même de temps à autre a son chef cabinet impliqué jusqu’à la moelle, il a passé les cinq (5) années de la présidence de Martelly , Ministre de l’économie et des finances Ou Ministre du commerce, parfois les deux (2) à la fois, le pire Jovenel Moise a été choisi par ce même fameux Wilson Laleau pour être candidat à la présidence pour le parti haïtien tèt kale (PHTK). Jovenel Moïse reste et demeure prisonnier de ce clic mafieux qui lui a permis d’accéder au timon des affaires de l’Etat, et aucun procès n’est possible avec cette équipe au pouvoir. On ne peut pas confier les enquêtes aux assassins pour les crimes qu’ils ont sciemment perpétrés.

Petrocaribe est le chapitre le plus lu par les haïtiens dans le volumineux livre de la corruption édité de plusieurs tomes par les gouvernements qui se sont succédé au pouvoir. C’est très dangereux pour la République de prétendre que petrocaribe est l’unique opération de la corruption en Haïti, l’administration de Jovenel n’a signé aucune résolution du fonds petrocaribe mais, la corruption se taille une place de choix, on continue avec les mêmes pratiques de vieille date qui ont contribué à la paupérisation du pays. Le clientélisme, le népotisme, l’enrichissement illite, le délit d’initié, La concussion, le blanchiment du produit du crime, le détournement de biens publics, l’abus de fonction, le versement du pot-de-vin, le paiement de commissions illicites, la surfacturation, le trafic d’influence, le favoritisme, la passation illégale de marché public, la prise illégale d’intérêts, et l’abus de biens sociaux sont les maîtres-mots de toutes les administrations qui se sont succédé en Haiti , la réédition de comptes a toujours été leur principale bête noire.

Durant les vingt (20) dernières années les dirigeants ont procédé à la liquidation des principales entreprises rentables du pays dans le cadre du projet mafieux des impérialistes sous le label d’une certaine modernisation des entreprises publiques . Des fonctions régaliennes de l’Etat ont été livrées à des particuliers , on substitue les intérêts supérieurs de la nation à ceux mesquins des nantis faiseurs de Rois .

L’argent de la Téléco a été volé, les ressources financières des coopératives ont été détournées, les taxes et les impôts des contribuables ont été dilapidés, les principales entreprises autonomes et les ministères régaliens ont été livrés aux Boss de La République, les fonds petrocaribe ont été soustraits au vu et au su de tous. Le fonds national de l’éducation représente un véritable fonds noir de l’éducation (FNE), l’argent de la reconstruction d’Haiti après le violent séisme du 12 janvier 2010 a été volatilisé .

La liste des actes malhonnêtes reste non exhaustive durant la période la plus récente de notre vie de peuple. La corruption entrave le développement réel, elle demeure la cause principale du sous-développement d’Haiti. « Malheur à la générations dont les juges méritent d’être jugés » cet adage traduit que la corruption la plus pernicieuse est celle de la justice, cette corruption est nourrie par les pouvoirs politiques démoralisés qui gangrènent le pays . Seul un réveil citoyen réel est susceptible de changer les donnes parce que la bataille contre la corruption ne pourrait pas s’inscrire dans le conjoncturel , l’émotionnel voire l’irréel.

Contact : +509 42829607

error: Content is protected !!