33 °C Port-au-Prince, HT
13 juin 2024

Nicolas Maduro déclare  » Persona non grata  » des diplomates américains

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a annoncé mercredi que son pays rompait ses relations diplomatiques avec les États-Unis, après la reconnaissance par Donald Trump du chef de l’opposition Juan Guaido comme président par intérim.

Nicolas Maduro déclare " Persona non grata " des diplomates américains

Dehors ! Qu’ils s’en aillent du Venezuela, ici il y a de la dignité, voyons !», a déclaré Nicolas Maduro, qui a donné 72 heures aux représentants diplomatiques nord-américains pour quitter le pays.

Donald Trump a annoncé mercredi qu’il reconnaissait l’opposant Juan Guaido, président du Parlement vénézuélien, comme «président par intérim» du pays peu après que ce dernier se soit autoproclamé à ce poste devant des milliers de partisans à Caracas.

Juan Guaido, député de 35 ans, est devenu en quelques jours le visage de l’opposition vénézuélienne et a réussi à remobiliser les adversaires du président, divisés et affaiblis ces derniers temps.

« Aujourd’hui, je reconnais officiellement le président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, Juan Guaido, comme président par intérim du Venezuela », a indiqué M. Trump dans un communiqué diffusé au moment où des dizaines de milliers d’opposants et de partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro manifestaient à Caracas.

Jugeant que l’Assemblée nationale était « la seule branche légitime du gouvernement », M. Trump rappelle que cette dernière a déclaré le président Nicolas Maduro « illégitime ».

« Le peuple du Venezuela a courageusement parlé contre Maduro et son régime et exigé la liberté et l’État de droit », ajoute-t-il.

« Je continuerai à utiliser toute la puissance économique et diplomatique des États-Unis pour faire pression en faveur du rétablissement de la démocratie vénézuélienne », écrit encore le président américain.

Un responsable américain a précisé par ailleurs que « toutes les options » étaient sur la table si le régime Maduro avait recours à la violence.

« Les Vénézuéliens ont trop longtemps souffert aux mains du régime illégitime de Maduro », a ajouté M. Trump un peu plus tard dans un tweet tandis que le chef de la diplomatie Mike Pompeo appelait explicitement Nicolas Maduro à « céder la place ».