33 °C Port-au-Prince, HT
2 novembre 2022

Migration raciste de l’État Dominicain : le Parti Nasyonal Seksyon m se Priyorite m (PNSP) lance une alerte

Les compatriotes haïtiens subissent des violations et contradictions en territoire dominicain. Selon le PNSP, ces actes constituent un politique d’État. Ainsi, le parti cherche à établir causes et effets de ce racisme anti-haïtien.

Migration raciste de l'État Dominicain : le Parti Nasyonal Seksyon m se Priyorite m (PNSP) lance une alerte

Le PNSP réclame l’élimination de toutes formes de discriminations raciales. Malgré le cadre du principe d’exclusivité territoriale que jouit tout État, qui lui permet de choisir librement son mode de gouvernance et sa politique intérieure, le PNSP demande à l’État dominicain de ne pas transgresser ou restreindre les Droits de l’Homme.

Le massacre du persil est l’un des preuves tangibles fe que l’État dominicain a exercé des actions racistes anti-haïtien. Le PNSP rappelle qu’environ trente-six mille (36 000) compatriotes haïtiens y ont été assassinés par les dominicains sous la Présidence du dominicain Rafaël Trujilio, en 1936.

Il rappelle aussi les situations difficiles des travailleurs dans les baraquements (bateyes) des plantations de canne à sucre.

Le PNSP s’accentue sur cet arrêté discriminatoire et raciste, décision de la cour constitutionnelle dominicaine. L’arrêté TC 168-13, sorti le 23 septembre 2013, a rendu apatride des dominicains d’origine haïtienne à fortiori. Le Vénézuéla et la France ont dénoncé ces mesures d’indignation.

Ce dimanche 20 février 2022, le Président dominicain Luis Abinader a décidé d’entamer, unilatéralement, la construction d’un mur électrifié en guise de frontière à la République d’Haïti. Cet acte met à nu le durcissement de la politique migratoire raciste anti-haitien.

Qui pis est, l’État haïtien demeure passif, et montre combien il a besoin de redéfinir ses relations diplomatiques.

Le PNSP remonte cette xénophobie exercée à l’encontre des haïtiens à l’unification de l’île (9 février 1822 – 27 février 1844) par le Président Jean Pierre Boyer.

Tout en rappelant que l’État haïtien ne s’est jamais érigé en boureau face aux dominicains, le PNSP présente sa mission qui est de rehausser l’éclat du Parti comme étant le vecteur du changement, de la moralisation de la vie politique par la transparence, et de l’état de droit. D’où le slogan « CREUSET D’ORIENTATION ÉTIQUE ». Sa vision s’étend sur la promotion d’un « DESSALINISME RÉNOVATEUR », d’un « CAPITALISME PUBLIC » et d’un ORDRE TECHNOCRATIQUE PRAGMATIQUE.

Frantzo Réjouis et Ernst Joseph, respectivement Président et Secrétaire Général du PNSP répètent le feu Lesly F. Manigat pour conclure cette note de prise de position datée du 28 février 2022 : « l’Haïtien n’est pas le diable à craindre mais de préférence il faut chercher cette épithète de l’autre côté de la frontière ».

error: Content is protected !!