30 °C Port-au-Prince, HT
7 mai 2021

Le miroir de l'info !

Message de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne d’Haiti à l’occasion du 1er mai 2020

Message de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne d'Haiti à l'occasion du 1er mai 2020 1


Le premier mai ou la Journée internationale des travailleurs(euse), aussi appelée “Fête du Travail”, est célébré chaque année dans de nombreux pays du monde. En Haïti, c’est un jour férié donnant l’occasion au mouvement ouvrier de se mobiliser et d’organiser des manifestations importantes en vue de revendiquer leurs droits tout en demeurant vigilant pour éxiger le respect de certains droits qui ont été déjà acquis dans le passé et qui sont encore menacés, comme la journée de huit heures de temps de travail, le respect au salaire minimum, les congés fériés, les semaines de vacances, le droit au syndicalisme et à la grève.


Cette année 2020, nous vivons un premier mai symbolique avec cette situation de Covid-19 qui, non seulement contraint les activités de mobilisations des travailleurs (euses) sur le territoire haïtien pour marquer le moment, mais aussi dégrade leurs conditions de vie et de travail. Grace à l’internet et les réseaux sociaux, nous avons quand même les possibilités de faire entendre la voix de bon nombre de jeunes travailleurs en Haïti qui sont victimes de cette situation de confinement avec perte d’emploi, de suspension de travail sans salaire, des chômeurs livrés à eux seuls dans la misère sans aucune protection sociale, des professeurs sans salaire qui n’ont pas de quoi survivre avec leur famille à cause de la fermeture de l’école, des petits(es) commerçants(es) qui n’ont pas pu accéder aux marchés publics régulièrement alors qu’ils vivent de revenus quotidiens comme bon nombre de jeunes travailleurs de la vie économique informelle en Haïti.
Quant à la vie et à la santé des ouvriers d’usines en Haïti, La JOC d’Haïti déplore l’incompétence de l’Etat haïtien dans la prise des décisions arbitraires qui ne protègent pas les ouvriers(ères) face à cette situation de Covid-19. Nous dénonçons le manque de disposition des autorités haïtiennes pour empêcher la propagation de la maladie vis-à-vis des ouvriers (ères), car les mesures barrières ne sont pas respectées dans les véhicules de transport en commun et sur les lieux du travail.

La JOC d’Haiti tient à envoyer ses mots d’encouragement à tous les médecins, infirmiers et infirmières qui sont en première ligne, et tous les personnels des hôpitaux, le service public, pour leur dévouement, leur combativité, leur présence, leur aide et leur solidarité depuis que nous sommes en guerre contre le Covid-19. En même temps, nous exigeons que l’État haïtien puisse prendre toutes les mesures possibles pour éviter que le personnel infirmier ne soit particulièrement exposé à des risques de contracter le Covid-19 au travail.
La JOC d’Haiti condamne toutes les mesures de discrimination prises à l’égard des travailleurs migrants haitiens dans les pays étrangers. Nous prônons un monde juste, sans aucune discrimination, avec protection sociale pour tous et pour toutes.

Enfin, encore une fois nous encourageons les jeunes travailleurs (euses) à respecter les mesures barrières des autorités haïtiennes, qui en même temps devrait avoir une politique de protection sociale pour les plus vulnérables en cette situation de crise liée au Covid-19.

Vive la Jeunesse Ouvrière Chrétienne d’Haiti! Vive les travailleurs (euses) du monde entire!

Coordination nationale JOC d’Haiti

error: Content is protected !!