26 °C Port-au-Prince, HT
24 septembre 2021

L’insécurité en Haïti, entre la complexité et la perplexité.

Par : Pierre Richard LAROCHE

En Haïti, tout le monde parle d’insécurité et nous sommes tous victimes d’une manière ou d’une autre de l’insécurité. Mais, vu sa complexité et sa perplexité nous n’en sommes pas toujours conscients, alors elle est constamment dans nos murs et à nos trousses. L’insécurité nous fait pleurer, souffrir, suicider, elle nous tue et détruit même notre avenir mais malgré tout, à cause de son caractère complexe et perplexe, nous ignorons que nous sommes dans un pays d’insécurité généralisée. En effet, avec un œil de sociologue, il m’est venu le temps d’interroger l’insécurité en Haïti : Qu’est-ce qui fait qu’elle est complexe et perplexe ? Comment comprendre la complexité et la perplexité de l’insécurité en Haïti ? D’où vient l’insécurité en Haïti ?

Alors, dans un pays, où l’Etat étant l’organe régulateur de l’ordre social ,politique, économique et autres est failli à sa mission, où les citoyens sont livrés à eux-mêmes, où les enfants sont abandonnés, où les villes sont bidonvillisées, où le taux de natalité infantile augmente à un rythme décontrôlé ,où le taux de chômage augmente quotidiennement et pas de création d’entreprise, où le salaire minimum fixé n’est pas respecté, où les entités mystiques ou magiques ne sont pas contrôlées, où l’église ne vise qu’en grande partie l’argent des fideles ,où les forces armées ne sont pas bien équipées et frustrées ,où les vieillards, les fous ne sont pas assistés, où les déchets ne sont pas bien gérés, où le déboisement est de mise, où les gangs sont officialisés, où la presse est achetable, où les riches exploitent les pauvres, où la communauté internationale dans son ensemble est une communauté de mafias, où l’Etat alloue environ 70% de son budget pour son fonctionnement, l’insécurité devient alors normale, nécessaire, complexe et perplexe. Pourquoi complexe et perplexe ?

Nous nous sommes tous accentués toujours sur les personnes tuées par balles, sur les entreprises cambriolées, sur les vols à mains armées, sur les attaques à mains armées et sur les incendies mais l’insécurité en Haïti va beaucoup plus loin que ça et devient complexe et perplexe parce que l’absence d’une production nationale réelle nous plonge dans l’insécurité alimentaire et crée des frustrations. De ces frustrations, des gangs sont formés et l’Etat conscient de sa mission non-accomplie finance les gangs pour mieux se protéger et les investisseurs subissent le poids des gangs. Ainsi, pas de création d’emplois, les jeunes diplômés, licenciés et autres ne trouvent rien à faire et certains tombent dans un chômage déguisé car le secteur privé profite du chômage.

En effet, tout est insécurité, sommes-nous conscients des dizaines de personnes qui meurent chaque jour en Haïti et zombifiées par la sorcellerie ? Combien de gens qui sans avoir rien fait, meurent d’un coup de poudres, de zombies, de fil, l’air, ect… ? Combien de gens qui vont à l’église avec une somme sans d’y retourner avec une gourdes à cause d’une sorte d’escroquerie des dirigeants d’églises ?Que certaines églises sont des temples de sorciers qui vendent leurs fidèles pour l’accumulation de richesses ?Tout est l’insécurité publique.

Quand nous refusons d’assister les enfants de rues et les fous, quand les jeunes enfantent sans pouvoir prendre soins de leurs progénitures, quand nous acceptons de vivre avec nos prises électriques et sans contrôle, quand nous acceptons les conducteurs sans contrôle de leur volant nous conduisent, quand nous continuons à déboiser le pays et à jeter nos déchets partout, c’est toujours de l’insécurité. De ce fait, pour ne citer que cela, nous devons nous engager tous pour abaisser le niveau de l’insécurité en Haïti car nous sommes tous y exposés. Sinon, ne parlez-en lorsque vos proches et vous en seront victimes.

Port-au-Prince, le 18 Avril 2020

error: Content is protected !!