32 °C Port-au-Prince, HT
10 décembre 2019

Les Droits fondamentaux de la personne humaine bafoués sous l’ère Jovenel.

Les Droits fondamentaux de la personne humaine bafoués sous l'ère Jovenel. 1

Par : Arnel RÉMY
Avocat des prisonniers politiques.
Porte-Parole de CADDHO.

Depuis plus de sept semaines,le peuple haïtien pour exprimer son raz-le-bol avec la gestion du gouvernement en place a décidé de gagner les rues pour faire ressortir ses frustrations et revendications.Depuis l’accession de Jovenel Moïse à la magistrature suprême les conditions de vie du peuple haïtien n’ont fait qu’empirer.

Décote de la gourde,inflation à deux(2) chiffres,effondrement du secteur touristique ect…Toutes ces raisons et tant d autres expliquent la raison d être de centaines de milliers de protestataires dans les rues de la capitale haïtienne,et dans les villes de province.Durant ces protestations populaires,les arrestations illégales et arbitraires se multiplient,les exécutions sommaires fréquentes. La dernière en date est celle du militant politique Desir Bellevue,assassiné lâchement chez lui le 20 octobre 2019, à la rue caravelle.

Les brutalités policières à l encontre des journalistes de médias de l’opposition constitueraient la normalité pour les autorités policières.
Au niveau du plus grand centre hospitalier du pays (HUEH),les blessés par balles pullulent.L’image macabre qui caractérise centre hospitalier,qui fut jadis une référence parmi les plus grands hôpitaux de la caraïbe,c’est la mise en chaîne(enchaînement )des blessés par balles.Pour parodier Victor Hugo : « Ce qui enchaîne rend esclave. »Ces personnes arrêtées sont elles obligées de subir cette double peine ? La personne arrêtée,n a t elle pas droit au respect de son intégrité physique ? N’a t elle pas le droit de bénéficier du droit à la présomption d ‘innocence comme garantie judiciaire ? Haïti n’a t il pas signé et ratifié les conventions relatives aux droits civils et politiques de décembre 1966 ? La déclaration universelle des Droits de l’Homme ,insérée comme préambule dans la constitution haïtienne,ne promeut elle pas le respect de ces libertés fondamentales ? Fort de ce constat,le collectif des avocats pour la défense des droits de l’homme(CADDHO) par le biais de son porte parole ,tire la sonnette d’alarme et dénonce énergiquement toutes ces violations flagrantes des droits fondamentaux de la personne humaine.

Les avocats du collectif invitent tous les autres organismes de droits humains à emboîter le pas aux fins de freiner ces dérives.Sommes nous encore à l’époque du supplice de la roue ? Respect des libertés fondamentales et enchaînement : quel contraste ?? Voilà pourquoi nous disons Non à l’enchaînement des blessés par balles dans les hôpitaux ! Non aux brutalités policières ! Non à la violation des droits fondamentaux de la personne humaine ! Vive l’Etat de Droit !

error: Content is protected !!