33 °C Port-au-Prince, HT
2 novembre 2022

l’équipe Montana pose ses conditions pour rencontrer à nouveau Ariel Henry

Après avoir dénoncé le manque d’élégance du service de protocole de la résidence officielle du premier ministre Ariel Henry, le lundi 14 février, le Bureau de suivi de l’accord Montana, dans le cadre du dialogue entamé avec le PM Henry pour une sortie de crise, fixe ses conditions préables pour s’asseoir autour d’une table de discussion.

l'équipe Montana pose ses conditions pour rencontrer à nouveau Ariel Henry

 » Que le chef du gouvernement en place déclare publiquement surseoir, le temps des discussions pour la recherche d’un consensus, à la nomination illégale des juges à la cour de cassation, à la mise en place d’un CEP, de son assemblée constituante et de son Autorité de contrôle, autant de décisions qui ne peuvent être légitimées que par un large consensus ; que le gouvernement en place, au nom de la moralisation de la politique déclare être prêt à répondre à toute invitation de la justice et à faciliter la reprise de l’enquête seule à même de contribuer à lever les allégations relatives à son implication dans ce dossier; que le siège des rencontres soit déplacé vers un lieu neutre, un hôtel dont les frais seront pris en charge par les deux parties « , sont entre autres, les conditions posées par les membres du BSA pour reprendre le dialogue politique avec le premier ministre et ses alliés.

Il faut noter que lundi 14 février 2022, une rencontre a été prévue entre les membres de l’accord Montana et ceux de l’accord du 11 septembre dans la résidence privée du premier ministre, local qui a été défini par le ministre et ses alliés, quoique les membres de l’accord Montana aient voulu que la rencontre soit réalisée dans un autre lieu.

La rencontre devrait commencer à 4 h 00 p.m. L’équipe de l’accord Montana était arrivée sur les lieux à l’heure prévue pour la rencontre.Malheureusement, en se trouvant dans la salle d’attente, personne n’était venue parler avec eux.

La délégation aurait attendu plus de vingt cinq minutes( 25) dans une salle seule. Elle n’a trouvé ni un membre du service protocole, ni parmi des alliés du ministre n’a eu la l’allégeance de demander à la délégation de patienter, peut-on lire dans une lettre.

L’équipe a également dénoncé la situation pareille qui était arrivée vendredi 11 Février.

error: Content is protected !!