30 °C Port-au-Prince, HT
2 novembre 2022

Le PNSP écrit une lettre ouverte au Core Group

Le PNSP écrit une lettre ouverte au Core Group

Parti national Seksyon m se Priyorite m (PNSP).
Frantzo Rejouis
Téléphone: 509 3405 3983
Email: [email protected]

Aux: responsables du Core Group en Haïti

Objet : Lettre ouverte et cri d’alarme.

Mesdames et messieurs !

Je profite de cette occasion douloureuse pour vous exposer le salut patriotique d’un pays de 27500 km2, où 12 millions d’habitants refusent de mourir d’ignorance, de faim, de soif voire sous le joug du néocolonialisme outrancier.

Je vous écris ce courrier pour vous exprimer justement le ras-le-bol et les aspirations ou revendications du peuple assorties des marasmes sociopolitiques et économiques qui constituent la trame tragique des événements fissurant douloureusement les fondements de cette grande nation au passé tantôt glorieux tantôt douloureux. Ce, sous les yeux maléfiques des Pays dits amis.

Analysant la situation qui prévaut en Haïti sur le plan économique, politique, social…, je ne peux ne pas souligner les graves préoccupations de ces milliers d’êtres qui sont jadis coincés dans un espace sans espérance de changement, croupissant dans la misère chronique sans électricité, route, école, hôpital, sécurité, l’eau, justice, emploi ou travail….entre autres domaines prioritaires.

En effet, mes compatriotes haïtiens dont la jeunesse révolutionnaire, intellectuelle comprennent qu’il n’y a pas de bien-être sans un veritable soulèvement généralisé ou combat populaire, désormais. Puisque le développement quel qu’il soit ne vienne jamais en se croisant le bras. Ils ne veulent pas laisser le monopole de la pensée, de la créativité et de décision entre les mains d’ennemis déguisés en prétendus libérateurs.

Où que le système néocolonialiste mobilisant les occupants affreux contre le peuple est plus tortionnaire que l’ancien système des premiers Colons. Or,
pour parodier l’empereur Jean Jacques Dessalines : »Effrayons tous ceux qui seraient tentés de ravir notre liberté ».

Pour le PNSP, c’est l’option qui convienne. Car ils sont nombreux à vouloir enlever de force la dignité et toutes les ressources minières du peuple haïtien sous prétexte d’amis d’Haïti.
 
Mesdames et messieurs !

Il faut rappeler qu’Haïti demeure un pays où l’humanité est transformée en cirque déchirée par les luttes intestines entre prédateurs, apatrides ou Conzés girouettes, assoiffés du pouvoir. De ce fait, je tiens à vous adresser au nom de la jeunesse consciente constatant la déchéance ou débarque nationale si bien que la sécheresse d’esprit des dirigeants rapaces sans vision de société, ne pouvant garantir l’ordre et la justice sociale, ces quelques mots dans le but de composer avec cette nouvelle classe de jeunes politiques.

Aujourd’hui, il est venu le temps de cette mutation où la génération montante fait preuve de beaucoup plus de maturité et s’apprête à prendre le levier de commande pour combattre la politique du pire ou chaos généralisé instauré impitoyablement par les conservateurs du système traditionnel et penser à une politique de croissance reposant sur l’accumulation massive de capital humain en réponse à la cleptocratie s’affirmant sans contrepoids, qui exige un nouveau paradigme.

D’où le fondement du combat du PNSP dans le but de compenser le crime séculaire réduisant l’être Haïtien à l’insignifiance ou néant.

Or, il ne fait plus aucun doute que certains dirigeants haïtiens, soit par naïveté, soit par soumission ou flagornerie devant certains diplomates aux missions et compétences douteuses, ne maîtrisent pas tres bien la question de l’aide étrangère demeurant un danger pour le bien-être de la population. Elle n’aurait d’autres objectifs que de continuer à rehausser les secteurs improductifs voire creuser les inégalités sociales et déficits de la balance commerciale dans le pays. Tout en pérénisant ce cycle infernal d’ingérence étrangère dans les affaires internes du pays, elle accélère au passage son endettement plus profondément.

En témoignent les différentes missions des nations unies en Haïti à partir de 1993 étant des exemples flagrants.

Pour l’histoire et contre l’oubli, elles se présentent en ordre chronologique :
Février 1993: MICIVIH
Septembre 1993: MINUHA
1996: MANUH
Novembre 1997: MITNUH
Décembre 1997 : MIPONUH
Décembre 1999: MICAH
Février 2004: MIF-H
2004 : MINUSTAH
13 Avril 2017: MINUJUSTE et enfin,
Juin 2019 à nos jours : BINUH.

C’est la raison pour laquelle au sein du PNSP les adhérents et moi interrogeons souvent sur les soi-disant maigres résultats de l’ONU obtenus dans les principaux domaines (démocratie, développement et droits de l’homme…).

D’une part, avec la complicité des mercenaires locaux, nationaux qu’internationaux de tout poil,  » a-t-elle échoué ou, au contraire, réussi dans le contexte propre à Haïti en cet aube du 21ème siècle ? Et d’autres parts, les motifs du Chapitre VII de la Charte fondamentale de l’Organisation de décider de placer continuellement la République d’Haïti sous tutelle justifient-ils effectivement le fondement des différentes opérations sur le terrain? En clair, celles-ci sont-elles de nature à garantir ou anéantir la souveraineté politique, économique et territoriale? À vous donc d’en juger si l’on s’en tient aux principaux indicateurs de l’un des organismes (PNUD) et ce, dans tous les domaines?

Cependant, j’ encourage toute aide qui aide à depasser l’aide bilatérale ou multilatérale. Puisque la politique d’assistance ou de la mendicité internationale n’a abouti qu’à désorganiser le pays.

Il est grand temps de cesser de manière abrupte et définitive toutes sortes de diktats extérieurs pour construire une société juste et équitable à la hauteur de son histoire.

Dans ce contexte, le PNSP réitère son engagement à respecter les accords qui lient chère Haïti aux autres États partie.
Il affirme sa solidarité, volonté de vivre en paix et amicalement avec tous les peuples de la terre notamment le pays voisin. Lequel continue malgré tout de pratiquer, sur des motifs fallacieux, une politique raciste ou d’ostracisme assortie des crimes connexes qui y sont associés à l’égard de mes compatriotes. Tout en sachant que
le peuple haïtien fait le serment de lutter continuellement pour le respect de sa souveraineté et des engagements pris en matière de la diplomatie et de relations internationales. Haïti étant un membre fondateur à part entière des Nations-Unies depuis sa fondation en 1945.

Mesdames et messieurs!

Il est important de sortir dans votre tour d’ivoire en cessant de tourner en rond comme l’écureuil qui tourne autour de sa cage à l’aune des journées blanches et épouvantables dont souffrirait le peuple haïtien, en vue de revoir vos plans compromettants les uns aux autres.

En portant à votre connaissance que j’ai l’honneur de présider le Conseil Administratif de cette jeune et grande association politique (PNSP) et promouvoir ses valeurs, sa vision et philosophie. Un Parti travailliste, humaniste qui milite pour le Capitalisme public où l’État priorise la production collective, l’exportation, la transformation sociale, l’autosuffisance, et l’ordre technocratique pragmatique.
 
De plus, le PNSP souhaite également restaurer la grandeur morale du peuple  par le “ Dessalinisme rénovateur et la socialisation politico-économique. Il s’active assidûment pour déghetoïser le pays par une véritable politique publique de sécurité notamment la rurbanisation, en prenant ses distances avec toute initiative politique obscurantiste et violatrice de la constitution qui occulte les droits fondamentaux des citoyens.
 
De toute évidence, je dois vous avouer que le combat continue sans faille. Quant je sais qu’un peuple ne peut totalement disparaître, il y aura toujours un faible reste ou de l’espoir avec une population dont plus de la moitié étant jeune.

À bas toute forme de néocolonialisme, l’impérialisme ou néolibéralisme !

À bas les diplomates et politiciens corrompus, véreux aux méthodes peu conventionnelles

À bas, les bourgeois réactionnaires ou gloutons !

À bas les ennemis d’Haïti !

Longue vie à tous les diplomates et compatriotes haïtiens compétents luttant pour le bonheur collectif de ce peuple meurtri ou martyrisé !

Liberté ou la mort, Haïti vaincra toute forme de domination au nom des esprits visibles et invisibles ayant accouché la victoire de cette première République Nègre dans l’histoire universelle le 18 Novembre 1803!

Je vous prie d’agréer mesdames et messieurs les responsables du Core Group, toutes mes salutations anticipées.

Fait à Port-au-Prince le 7 Octobre 2022

Frantzo REJOUIS, Président du PNSP.

error: Content is protected !!