25 °C Port-au-Prince, HT
22 août 2019

La démocratie a ses limites, l’une des décisions qui le prouvent.

Paru le 10 Mai 2018

Par: Junior LUC

Effectivement, le pays a besoin d’un dialogue. D’un espace de discussion entre tous les secteurs pour parler pays et sortir Haïti de ce trohu-bohu. Lorsqu’un chef de l’État cherche à instaurer une politique ascendante, la gouvernance promet de s’ameliorer. Ce mécanisme n’est pas sans effet sur l’évolution du pays, et surtout la satisfaction du peuple augmente.

Certainement, d’autres pays ont déjà essayé cette stratégie et ont de meilleurs résultats en retour. Soit qu’il s’agit d’une Conférence Nationale ou des Etats Généraux Sectoriels de la Nation, cette Haiti actuelle a nécessité d’un “chita pale”. En matière de gouvernance locale, on parle de “ table de concertation sectorielle” pour les municipalités. Puisque nos communes sont nous nombreuses, nous avons pas trop d’informations sur ces tours de table. En tout cas, ce projet d’opinion du peuple a plusieurs avantages.

Premièrement, il empêche à un chef de se promener ça et là au niveau du pays sous prétexte d’identifier les problèmes majeurs et les besoins prioritaires du peuple. Lorsqu’il pense que tout bouge, alors que rien ne marche. Deuxièmement, il renforce la capacité des groupes de citoyens à interagir au processus décisionnel politique. À travers la lettre adressée au vice-président des EGSN, l’ex Premier Ministre Evans Paul avait déclaré “Sa mwen viv nan 2 denyè jou ki sot pase yo, fè m konprann zafè Eta Jenewo Sektoryèl Nasyon an nan men yonn a 2 moun, ki fòme yon ti klan, k’ap pase karaktè lòt moun anba pye.”

Le conseiller prodigue de États Généraux n’a pas fait mention d’aucune personnalité. De toutes les façons, sa déclaration retient notre attention. Et ceci, elle nous aide à croire que la démocratie, comme tout concept, a ses limites . Jacques Rancière, dans son ouvrage titré ” A plusieurs voix de Jacques Rancière, a fait savoir que “ la démocratie est d’abord un régime qui s’oppose aux dictatures, aux gouvernements de l’abitraire. Mais un bon gouvernement démocratique est ensuite et surtout celui qui est capable de maîtriser le mal qu’appelle vie démocratique’.

Puisqu’en démocratie n’importe qui ne peut pas décider, nous comprennons maintenant pourquoi les responsables ont décidé abitrairement d’augmenter le prix des carburants. Les conseillers des Etats Généraux Sectoriels de la Nation ne sont que des outils pour maîtriser la vie démocratique. La démocratie a ses limites, ce que M. Evans Paul prenait le temps d’admettre.

Tous droits réservés

error: Content is protected !!