33 °C Port-au-Prince, HT
9 juillet 2020

La coalition de la jeunesse haïtienne ne reste pas sans voix devant la situation socio-politique du pays.

Par : Jean Michelot POLYNICE
Le Cupidon

Toujours présente dans le discours de nos politiciens, la jeunesse constitue un véritable fer de lance pour dissimuler de nombreuses manœuvres politiques. Cette fois-ci, elle ne veut pas rester indifférente face à la situation dégradante que traverse Haïti depuis déjà quelques mois, avec surtout des milliers de manifestants qui gagnent les rues de la capitale et celles des villes de province en vue de réclamer la démission du président Jovenel MOÏSE à la tête du pouvoir. L’ administration dont ce dernier a l’ ultime honneur de diriger se trouve coincée dans le plus grand scandale de corruption que connaît le pays pendant ces dernières années, en l’ occurrence l’ affaire « PETRO CARIBE ».
Outre les manifestations récurrentes, le président est dans l’incapacité de mettre en place un gouvernement depuis déjà sept (7) mois. La coalition de la jeunesse haïtienne profite de cette occasion de présenter ses sympathies à la famille du Jeune Vladimir Fédé abbatu lâchement par la police ainsi que Jean Yves Joseph, sans oublier ceux et celles qui ont laissé leurs vies aux prix de l’incapacité de l’État haïtien à assurer la sécurité des citoyens.

Lors de son derniers discours, le président s’ est adressé à la jeunesse tout en l’ invitant à joindre ses efforts aux siens dans la perspective d’ écrire une nouvelle page de l’ histoire nationale. Cette nouvelle page va-t-elle s’écrire avec le président au pouvoir ou sans lui? Le président va-t-il comprendre que la situation va beaucoup plus loin que son égocentrisme? La coalition de la jeunesse haïtienne attend, pour écrire cette nouvelle page de l’histoire, la démission du président Jovenel MOÏSE à la tête de la magistrature suprême de l’État. À cet effet, la coalition de la jeunesse haïtienne fait des propositions à court terme, à moyen et à long terme.
À court terme la coalition exige la démission immédiate du Président de la République, Monsieur Jovenel MOISE; renvoie définitif du cabinet ministériel ; proclamation du/de la juge le/la plus ancienne de la Cour de Cassation comme Président provisoire avec un mandat de deux (2) ans; écourter le mandat de tous les parlementaires jusqu’aux prochaines élections (renvoie du parlement); formation d’un gouvernement d’ouverture incluant tous les secteurs vitaux de la nation tels que: Secteur universitaire, secteur religieux, secteur des droits humains, un représentant de l’opposition politique, un représentant de la presse et un représentant de la jeunesse; renforcer l’appareil judiciaire en terme de moyens nécessaires pour poursuivre tous les auteurs et co-auteurs des actes de violence perpétrés dans les quartiers populaires; identifier et révoquer les juges corrompus nommés par le Président sous « contrainte »; entamer des démarches concrètes et sérieuses pour la réalisation du procès « PETRO CARIBE ».

LIRE AUSSI:  Journée mondiale: La maladie du diabète dans le monde rural haïtien.

À moyen et à long terme, la coalition veut la réduction de 30% le salaire, les frais et les privilèges des hauts fonctionnaires de l’État (Parlementaires, Ministres, Directeurs Généraux etc.); revoir, de façon sérieuse, tous les contrats entre l’État haïtien et les particuliers, notamment ceux de l’EDH; remanier le conseil électoral actuel, en révoquant les conseillers électoraux indexés dans des actes de corruption; augmenter le salaire des Professeurs de 25% et celui des policiers de 20%; ajuster la base salariale des agents de la fonction publique (contractuels et nommés) ; annuler toutes franchises qui ne sont pas génératrices de richesse et d’emplois en quantité considérable ; percevoir les taxes et impôt en fonction de la capacité contributive des citoyens; définir une politique de production agricole, de façon massive, pour assurer l’autosuffisance en matière de riz et d’autres céréales; revoir les tarifs douaniers/droits de douane pour certains produits dont le riz; encourager toutes les formes de production locale pouvant réduire l’importation afin de stabiliser la monnaie nationale; fixer la limite de la pension civile et veiller au strict respect de cette limite dans les fonctions publiques; veiller au strict respect de la loi sur la fonction publique; former une commission technique avec toutes les forces vives du pays pour travailler sur la réforme constitutionnelle déjà entamée; réduire le nombre de ministères, en fonction de leur utilité, à onze (11); le nombre de Secrétaireries d’État et de restructurer les Forces Armées d’Haïti.

LIRE AUSSI:  Covid-19/ Confinement: mon indifférence face à la fermeture des écoles.

L’ histoire aura toujours son mot à dire peu importe la direction que prendra la situation actuelle. Par ailleurs, pour mieux orienter notre avenir de peuple, il convient de procéder à l’ évaluation de chacune des propositions. Et pour ce faire, les acteurs politiques doivent se mettre aux côtés du peuple pour construire un meilleur futur par une adéquate décision dans le présent moment. Au fait, quelle autre alternative pour le président s’ il décide de ne pas démissionner?

©Tous droits réservés©

error: Content is protected !!