26 °C Port-au-Prince, HT
27 septembre 2020

KORIJE écrit au président Moïse et fait une proposition de sortie de crise

Le mouvement socio-politique et culturel (KORIJE), dans une lettre datée 13 août 2018, propose au président Jovenel Moïse de lancer un vibrant appel à tous les secteurs de la vie nationale en vue d’élaborer une feuille de route basée et axée sur la réalité du moment, incluant un délai ne dépassant pas un an pour la tenue d’une conférence nationale et non amicale.

KORIJE écrit au président Moïse et fait une proposition de sortie de crise 1

Par: Roody GERMAIN

Cette lettre dont l’agence de presse KAPZY NEWS a obtenu copie rappelle que depuis la chute des Duvalier au pouvoir, Haïti a connu environ une vingtaine de premiers ministres et 16 présidents qui accèdent à la plus haute fonction du pays, cependant précise la lettre, 32 ans après, les problèmes socio-économiques, politiques et culturels ne cessent de s’accroître de jour en jour.

Le mouvement socio-politique et culturel (KORIJE), a fait savoir au président Jovenel Moïse que l’événement crucial survenu du 6 au 7 juillet dernier qui avait occasionné la démission forcée du premier ministre Jack Guy Lafontant a montré 3 grandes choses comme cadre figure :

1-Le pays devient beaucoup vulnérable et instable

2-Les institutions haïtiennes sont totalement dévoyées

3-Le programme de l’administration Moïse-Lafontant n’a rien à voir à la réalité et ne peut en aucun cas répondre aux attentes et aspirations des mandants.

« Face à cette situation lamentable et douloureuse, KORIJE a conclu que le problème du pays est systémique ».

Le mouvement socio-politique et culturel (KORIJE) dit croire que la constitution dite amendée donne à Jovenel Moïse les garanties et prérogatives de nommer un premier ministre en consultation avec les présidents des deux branches du parlement. Étant donné le pays fait face à une crise, pour en sortir, la solution devait être passée par la concertation qui pourrait déboucher sur une feuille de route tout en tenant compte les vraies revendications de l’ère. Par cette idée, KORIJE voulait attirer l’attention du président Jovenel Moïse sur la nomination du premier ministre qui pourrait ratifier et le président n’a même pas encore une bonne compréhension et une connaissance approfondie de la crise, sous prétexte de contacter les autres secteurs de la vie nationale. Cela prouve selon KORIJE, le président n’a rien appris la leçon du soulèvement populaire du 7 au 8 juillet. « C’est de l’amateurisme ou du crétinisme? » se questionne KORIJE.

LIRE AUSSI:  Haïti: Un député élu sous la bannière de Fanmi Lavalas est décédé

Fort de ce constat KORIJE propose à Jovenel Moïse de lancer un vibrant appel à tous les secteurs de la vie nationale tels que: la presse, les partis politiques représentatifs, les organismes des droits humains, le secteur patronnat, les syndicats, le secteur religieux et le secteur universitaire en vue d’élaborer une feuille de route basée et axée sur la réalité du moment, incluant un délai ne dépassant pas un an pour la tenue d’une conférence nationale et non amicale.

« À partir de cette conférence, on va dissiper les nuages, cultiver la tolérance, le vivre ensemble, dégager les notions de bases sur la l’engagement et la participation citoyenne autour d’un pacte national pour élaborer un programme durable sur une période 25 ans pour la pérennisation et la consolidation des vraies institutions républicaines », peut-on lire dans cette lettre.

LIRE AUSSI:  Haïti: Le parti AAA de Youri Latortue rejoint l'opposition démocratique

Selon les membres du comité de KORIJE dont Valiere Kenol, Lamour Nixon, Pierre Josué et Nader Joseph respectivement Coordonnateur, Porte-parole, Secrétaire et conseiller, il faut que le président Jovenel Moïse se ressaisisse et mettre son devoir au propre en faveur du peuple haïtien. Dans le cas contraire disent-ils, le locataire du palais national risquerait de rater cette noble opportunité de garantir la stabilité dans le pays et pourrait aussi hypothéquer son avenir politique avant d’ajouter : même que ce premier ministre nommé fait semblant d’un rassembleur.

« Il fallait un concensus franc et sincère entre toutes les forces vives de la nation. Car aux grands maux, de grands remèdes » ont soutenu les membres dudit comité.

error: Content is protected !!