24 °C Port-au-Prince, HT
29 février 2024

Insécurité: Les résidents de Tabarre réfugiés devant l’ambassade américaine, chassés violemment par la police

Alors que les agents de la Police Nationale restent passifs face aux assauts du gang contrôlé par le chef de gang Vitelhomme Innocent, c’en est pas le cas quand il s’agit de déloger à coups de gaz lacrymogènes la population civile, déjà en difficultés face aux attaques armées des gangs.

<em>Insécurité: Les résidents de Tabarre réfugiés devant l'ambassade américaine, chassés violemment par la police</em>

Ce mardi, les forces de l’ordre ont montré leurs muscles en chassant la population devant les locaux de l’ambassade américaine à Tabarre.

Depuis hier (24 juillet 2023), les résidents de Tabarre avaient été contraints de quitter leurs maisons sous les feux nourris des gangs armés dirigés par Vitelhomme. Ces derniers ont dû se réfugier devant les locaux de l’ambassade américaine pour dormir à la belle étoile, dans l’indigence la plus parfaite et visible.

Les agents de la PNH, arrivant sur les lieux, ont fait usage abusif de gaz lacrymogènes pour chasser les membres de la population alors que ces policiers tremblent même devant le nom des bandits et prennent la fuite. C’est une police dont la force est remarquée seulement quand il s’agit d’humilier des civils, alors qu’en présence des bandes armées, elle est docile, passive et même aveuglée d’une peur bleue.

Si tout le monde pensait que la police allait déloger les gangs pour reloger sa population préalablement chassée, c’est plutôt la population qui est victime une deuxième fois; hier par les gangs, aujourd’hui par une police aussi brutale que les gangs face à une population abandonnée, désœuvrée.