33 °C Port-au-Prince, HT
2 novembre 2022

Haïti: Le PNSP prône un consensus faisant l’unanimité pour résoudre la crise

Dans une note transmise vendredi 4 février 2022 à l’agence en ligne KAPZY NEWS, le Parti National Seksyon se Priorite m (PNSP) dirigé par son président, M. Frantzo REJOUIS, se positionne sur les divers Accords optés pour une sortie de crise avec un plan stratégique de gouvernement de transition, dont Montana-PEN entre autres […] et appelle à la primauté d’un consensus faisant l’unanimité devrait être la condition sine qua non pour résoudre cette crise aux multiples facettes.

Haïti: Le PNSP prône un consensus faisant l'unanimité pour résoudre la crise



L’agence en ligne KAPZY NEWS vous invite à lire la position du PNSP

La position du Parti National Seksyon se Priorite m (PNSP) sur les divers Accords optés pour une sortie de crise avec un plan stratégique de gouvernement de transition, dont Montana-PEN entre autres.
 
Port-au-Prince, le 4 février 2022.
 
Il faut dire que l’analyse minutieuse de la cacophonie politique relative à la crise actuelle permet au PNSP de conclure que les divers acteurs sur le terrain ignorent le lien entre la “politique et le droit”, quitte à la politique de modifier le droit lorsque celui-ci n’est pas adapté. En effet, l’on est exactement face à une situation exceptionnelle et même angélique non prévue par la constitution ni la loi caractérisée par » le vide institutionnel suite au dysfonctionnement de l’appareil étatique déjà moribond et à l’assassinat d’un président dont la fin de mandat était plus que contesté.
 
De ce fait, la primauté d’un consensus faisant l’unanimité devrait être la condition sine qua non pour résoudre cette crise aux multiples facettes. Mais pour redresser la barre de la d’échéante sociale. Tandis que les protagonistes préfèrent se battre à couteaux tirés pour l’appât du gâteau, des intérêts personnels et sympathisants au détriment de la Collectivité. En témoignent la multiplication des accords en série.
 
C’est pourquoi, depuis quelques temps, les responsables du PNSP se disent préoccupés par la situation abracadabrantesque dans laquelle le pays se retrouve plongé avec une attention très spéciale sur la recrudescence du phénomène de l’insécurité associée à la gangstérisassion qui sévit partout, notamment dans les zones métropolitaines et quelques villes de province. Il ne fait aucun doute que c’est toute l’économie nationale qui empâtit.
 
Pendant que les droits individuels et libertés fondamentales sont brimés quotidiennement, les acteurs à responsabilité nationale ne font que le culte de la jouissance des privilèges attachés à leur poste. Il urge de corriger ses manquements ou disparités, ce que proposent de résoudre les objectifs du parti via notre projet de “Dessalinisme rénovateur dont la modernisation de la force publique, le Pacte Économique-technico militaire entre autres.
 
Davantage, il appert évident de rappeler que la situation rocambolesque dans laquelle vit la quasi-totalité de nos compatriotes haïtiens est inacceptable. D’autant que les responsables du PNSP sont profondément ulcérés, outrés voire stupéfaits de l’état déplorable dans lequel pataugerait le bas “paysan-lakay” à partir de nos habitations passant par les sections communales, à l’aube du 21ème siècle.
 
En tant que Leaders responsables, au sein du PNSP : l’on ne cesse de vanter les mérites d’initiatives personnelles si bien qu’associatives visant à redorer l’image de notre patelin trop longtemps méprisée, maltraitée ou vilipendée par toute une série de frasques, scandales ou crises à répétition génératrices d’instabilités sociopolitiques voire des velléités dictatoriales.
 
Désormais, les responsables du PNSP sont très sceptiques en constatant en ce sens que si un consensus restreint a été trouvé entre les protagonistes des Accords Montana-PEN  en vue de la résolution de la présente crise ; d’autres comme Primature-Louisiane…qui sont restés au niveau de leur stade déclaratif menacent le climat de paix déjà fragile n’inspirant pas du tout confiance à la veille de la fameuse date fatidique du sept (7) février 2022. Où que des remous sociaux ou mouvements de réprobation nationale s’annoncent en grande pompe compte tenu de l’évolution de la politique de chicanerie qui domine, prévaut dans le pays et s’est aggravée suite à l’assassinat du Président Jovenel Moïse en date du 7 juillet 2021.
 
Dans cette optique, l’on juge inopportun le momentum politique assorti d’éventuelles mesures susceptibles de mettre en branle un Conseil électoral provisoire pour organiser les prochaines élections sans tenter de  renouer à un climat de paix plus favorable ou propice. En profitant de lancer un cri d’alarme et un appel au dépassement de soi via un plus large consensus prometteur et soucieux.
 
C’est la raison pour laquelle les protagonistes engagés dans cette « transition dite de rupture » doivent s’évertuer à montrer non seulement qu’ils sont à la hauteur mais aussi des hommes d’État ayant la capacité politique de parvenir à une sortie de crise honorable  et, au fur et à mesure, au retour à l’ordre normatif. Si l’on veut asseoir la démocratie et en finir avec l’improvisation, des mesurettes consécutives, la corruption, l’amateurisme politique, les plans machiavéliques ou accords macabres endogènes et exogènes voire l’insécurité juridique généralisée qui minent le bon fonctionnement de notre système politico-administratif défaillant.
 
Il suit que certains de nos dirigeants n’ont pas d’autre choix que de se rabaisser continuellement au plus bas du caniveau pour le “ boire, manger et le paraître ». En se vouant même au culte de la mendicité internationale, l’on devient la risée du monde. Du coup, le peuple haïtien vivote et se dépatouille au vécu du quotidien pour le gagne-pain. Arrêtons de creuser dans l’abîme et de jongler avec nos textes juridiques ! Que la loi soit le mobile de la politique. C’est ce qui fait dire à Diderot : « Chez un peuple où reigne l’esprit de communauté, chaque homme devient l’ami et non l’esclave des lois ».
 
Enfin, le PNSP ne veut être compté au rang des complices du “ naufrage, suicide collectif ni de l’échec du développement des grandes théories de politiques publiques, en dépit des obstacles lors des grandes conquêtes démocratiques sur le terrain des mines politiques. Tout en jurant de continuer à mettre notre savoir-faire, nos plans ou projets sociétaux au service de la promotion des droits inaliénables et imprescriptibles du peuple haïtien en général.
 
Vu que cette situation ahurissante et logomachique interpelle l’élite intellectuelle et la conscience citoyenne des adhérents ou sympathisants du parti aussi bien que des patriotes tant en Haïti et dans la Diaspora.
 
Notre mouvance entend contribuer à relever ce grand défi de sursaut national qui se pose à frais nouveau dans la société. Il est grand temps de revenir à bon droit sinon l’on va tous se claquemurer. Quitte à  s’enliser plus profondément dans une calamiteuse crise sociopolitique et économique sans fin.
 
Frantzo REJOUIS, Président du PNSP.
 
Téléphone : (+509 3405 3983).
 
 
 
 
 
 

error: Content is protected !!