22 °C Port-au-Prince, HT
2 mars 2021

Haiti: La nouvelle ministre à la condition féminine dans la tourmente

La nouvelle ministre à la condition féminine et aux droits des femmes, Evelyne SAINVIL, est la cible de vives critiques des organisations de femmes, peut-on lire dans une note de contestation transmise mardi à l’agence en ligne KAPZY NEWS.

Haiti: La nouvelle ministre à la condition féminine dans la tourmente 1

Par : Roody Germain

Contestation nomination de Madame Evelyne SAINVIL à la Condition Féminine

Les organisations de femmes du secteur et les personnalités signataires constatent avec stupéfaction la nomination et l’installation de Madame Evelyne Sainvil à la tête du Ministère à la Condition féminine et aux droits des femmes (MCFDF).

La page Facebook de Mme Sainvil atteste qu’elle porte et assume de manière décomplexée un discours discriminatoire, sexiste, insultant envers les femmes et contradictoire avec la mission du MCFDF et le combat du mouvement des femmes haïtiennes. Le Premier ministre, Jean Henri Céant, a déclaré faire de la question du genre une priorité. La nouvelle titulaire du MCFDF s’avère cependant être une antiféministe qui interroge systématiquement les acquis du mouvement. Avec un tel profil, à quelles avancées peut-on s’attendre pour le respect des droits des femmes ? Quelle passerelle peut-on construire avec une ministre qui, avant sa nomination, remettait en cause l’existence même du ministère ?

Le choix de Madame Sainvil par le gouvernement Moïse-Céant traduit un mépris total des droits des femmes et une banalisation de leurs luttes. A mesure que la crise sociopolitique s’aggrave, les pouvoirs en place font fi, avec constance, des acquis du mouvement des femmes et traite avec légèreté l’impact des irresponsabilités sur le quotidien de 52% de la population. Ce choix témoigne du manque total de considération pour les luttes que mènent les Haïtiennes depuis plus d’un siècle contre les discriminations et les violences de genre, qu’il s’agisse de paroles, d’actes, de positions ouvertement misogynes ou sexistes.

Les tractations politiques ne peuvent primer sur les besoins des femmes, notamment lorsque : l’indice d’inégalité de genre est élevé, les femmes sont surreprésentées dans les filières précarisées, l’avortement constitue la troisième cause de décès maternel et le cancer du col de l’utérus ne cesse de décimer des femmes. Nos vies de femmes comptent et ne peuvent être assujetties à des considérations politiciennes.

Le quota de genre constitutionnel d’au moins 30% de femmes (article 17.1) n’est pas respecté dans la formation du gouvernement. Sur un total de 21 postes ministériels seulement 6 sont octroyés à des femmes. Comment ne pas questionner un Exécutif qui persiste à ne pas respecter les prescrits de la constitution ?

Ces décisions indiquent que le nouveau gouvernement fera peu cas des besoins pratiques et des intérêts stratégiques des femmes dans des domaines tels que : la mortalité maternelle, l’égalité des sexes, les violences de genre, la participation politique, la pauvreté, la protection sociale, le cadre légal (application de la loi sur la paternité responsable, promulgation et application de la loi sur les travailleuses domestiques, révision des lois discriminatoires).

Il importe de rappeler que le MCFDF est un acquis incontestable du mouvement féministe. « Le MCFDF est l’organe central chargé de concevoir, de définir et de faire appliquer les politiques de l’État dans le domaine de la condition féminine. En tant que structure transversale et normative, le MCFDF a pour attributions principales d’assurer la prise en compte des rapports sociaux de sexes dans l’action gouvernementale, d’œuvrer à l’émergence d’une société égalitaire pour ses composantes des deux sexes, d’orienter la définition et l’exécution des politiques publiques équitables à l’échelle nationale (MCFDF, 2006) ».

Les militantes de la cause des femmes ne transigeront pas sur leurs acquis. Elles réclament que le Ministère à la Condition féminine soit mis en condition de pouvoir effectivement accomplir sa mission afin de rompre avec l’exclusion des citoyennes, notamment en œuvrant à concrétiser les engagements de l’État en matière de droits des femmes, en respectant la loi organique de l’institution, en mettant en œuvre les politiques publiques adoptées sur l’égalité des sexes et la violence envers les femmes.

Port-au-Prince, le 20 septembre 2018.

Pour authentification

AFASDA – Asosyasyon fanm Solèy DAyiti

Elvire EUGĖNE

Nègès Mawon

Pascale SOLAGES

Organisations et personnalités signataires

1. AFASDA – Asosyasyon fanm Solèy DAyiti

2. Fanm Deside

3. Fondation Toya

4. KOFAS – Kolektif fanm Sid

5. Fanm Yo La – Collectif féminin haïtien pour la participation politique des femmes

6. OFASOH – Oganizasyon fanm solid Haïti

7. MOFAPWO – Mouvman fanm pwogresis

8. UFMORH – Union des femmes à mobilité réduite

9. Nègès Mawon

10. AFHS – Association Femmes handicapées du Sud

11. MOFAVMA – Mouvman fanm vanyan Marigo

12. AFKF – Asosyasyon fanm kore fanm

13. Kolekif Zabét Makandal pou yon lót sosyete

14. COFESAJ – Collectif des femmes pour l’éducation, la santé et la justice

15. FIH – Femmes intégrées d’Haïti

16. Biwo Teknik Fanm

17. Plateforme socio-culturelle des femmes dévouées

18. Association des femmes solidaires de la Grande Anse

19. OFLY – Òganizasyon fanm lakayanm

20. POFHAD – Plateforme des organisations de femmes haïtiennes pour le développement

21. Organisation des femmes vaillantes pour l’épanouissement d’Haïti

22. MOPFANO – Mouvement des femmes pour l’avancement et le progrès du Nord-ouest

23. COFA – Collectif des femmes de l’Artibonite

24. KOFANÒ – Kódinasyon fanm nan Nó

25. Rél Fanm Senmak

26. MOFKA /AID – Mobilizasyon fanm konbatan Ayiti /Aksyon ijans ak devlopman

27. OFAMOLA – Òganizasyon Fanm món Laza

28. MFDH – Mouvman fanm pou devlope Ayiti

29. KONFESE – Konbit fanm pou emansipasyon sosyal ak ekonomik

30. REFANO – Rezo fanm aktif Nòdwès

31. FEFBA – Fédération des femmes de Bas-Artibonite

32. AFFAKA – Asosyason Fanm ak fanmi konsekan pou Ayiti

33. ACINOSHA – Action citoyenne pour une nouvelle solidarité haïtienne

34. UDREFH-FEMME – Union pour le développement et le respect des femmes haïtiennes

35. Óganizasyon fanm k ap Lite pou Wozo

36. OFADGA – Oganizasyon Fanm dinamik Gantye

37. OFAPPNA Oganizasyon Fanm pou pwodiksyon nasyonal

38. Vizyon Pa nou pou Ayiti (VPANA)

39. MOFAVAB (Mouvman Fanm Vanyan Béle)

40. Association Culturelle Beauté Creole –BKA

41. AFVADROB-Associations Femmes Vaillantes pour le Développement de Roche Bateau

42. COFESAJ-NORD, Collectif des Femmes pour l’éducation, la Santee et la justice dans le Nord

43. CREGED – Centre de Recherche et d’éducation au Genre et Développement

44. MOFEDGA – Mouvement des Femmes de la Grand Anse

45. CUREF- Collectif Universitaires pour la recherche et l’émancipation des femmes

46. IMED – Institut Mobile d’éducation démocratique

47. Publica d’Elles

48. Réseau des Femmes Candidates pour Gagner

49. COFHEL- Coalition des Femmes Leaders

50. REFKAD – Rezo Fanm Kapab dAyitI

51. Mirlande ZARÉ

52. Mailée ALPHONSE

53. Rachèle MAGLOIRE

54. Daniella JACQUES

55. Marie Claudine ANTOINE

56. Me Judith LOUIDOR

57. Nathalie MONDESIR

58. Stéphane Lynouse BARTHÉLÉMY

59. Marie Maud DUCLAIR VALMÉ

60. Rose Murielle

error: Content is protected !!