29 °C Port-au-Prince, HT
25 février 2024

Haïti: Ariel Henry opte pour l’arrestation des bandits pour qu’ils soient jugés

Alors que le mouvement populaire « Bwa Kale  » lancé lundi dernier contre les présumés bandits se poursuit à Port-au-Prince et dans les villes de province, le premier ministre de facto, Dr. Ariel Henry, qui dit comprendre la colère de la population, opte pour l’arrestation des bandits afin que ces derniers soient jugés par la justice.

Haïti: Ariel Henry opte pour l'arrestation des bandits pour qu'ils soient jugés

Le neurochirurgien a fait ces déclarations, ce lundi 1er mai 2023, à l’occasion de la fête de l’Agriculture et du Travail.

M. Henry a appelé la population à travailler en étroite collaboration avec la police nationale en vue de l’arrestation des bandits qui sèment la terreur dans le pays.

Il faut souliquer que depuis le lancement du mouvement  » Bwa Kale « , les cas d’enlèvement, à répétition, n’ont pas été signalés à la police et plusieurs dixaines de présumés bandits ont été lynchés puis brûlés dans divers endroits du pays.

L’État qui se respecte n’a pas attendre que ce soit le peuple qui donne le ton dans le cadre du respect de la loi, de la dignité et de la vie. Cela fait plus de trois ans que la population fait face à une escalade de violences incessantes de la part des bandes armées à l’échelle territoriale, aucune autorité étatique n’a jamais fait quoi que ce soit pour mettre les bandits en déroute; que ce soit avec les Forces Armées d’Haïti ou avec la police haïtienne. Les officiels ont plutôt fait la sourde oreille aux multiples cris populaires face au kidnapping, aux assassinats perpétrés par les gangs sur le territoire tout entier. Le 18 novembre 2021, le major Eddy Marcellin avait demandé, en pleurs, qu’on donne à l’armée seulement deux hélicoptères de combat, deux chars d’assaut et quelques bons fusils d’assaut pour mettre fin au désordre dans deux semaines, mais il n’a jamais été placé au pied du mur, à date. Le premier ministre attend, lui et son équipe, le18 mai prochain pour évoquer le nécessité d’avoir la sécurité nationale pour vivre en paix sous le drapeau sans pour autant le vouloir vraiment. On ne peut pas avoir la sécurité sans un plan, sans des hommes intègres et capables, sans des équipements mais surtout sans le vouloir et des connaissances approfondies en la matière.

Drôle de pays!