33 °C Port-au-Prince, HT
23 septembre 2020

Et si on oppose ni l’un, ni l’autre

Par Carlens NAPOLEON.
Le Philanthrope.
Temps de lecture: 45 secondes.

La séance de ce jourd’hui laisse certains à croire qu’on va trouver une issue à la crise. Pourtant, c’est complètement faux et injuste. Le renvoi du premier ministre Jack Guy LAFONTANT ne va permettre à changer rien du statu quo. Au contraire, cette question d’interpellation n’est qu’une stratégie stérile entreprise par eux pour récupérer l’opinion publique en leur faveur. Je persiste et signe que celui qui perdure l’état actuel des choses n’est pas le premier ministre et s’il en est, il ne le tient pas à lui seul. Si exactement nous voulons resoudre et combattre les problèmes auxquels Haïti est en proie, même ces parlementaires qui interpellent le premier ministre n’auront pas leur place dans l’arène politique.

LIRE AUSSI:  Du rapport de la cour supérieure des comptes.

Comment un ensemble de parlementaires peuvent voir la capacité ou le leadership d’un premier ministre quand ce sont eux qui designent les ministres faisant partis du gouvernement qu’ils accusent? Lorsqu’on sait que ce sont eux qui avaient mis les directeurs généraux et les secrétaires d’Etat, quel sens pourriez-vous donner à leurs demarches? En vérité, la majorité de ces parlementaires sont trop rapaces pour mettre seulement au pilori le premier ministre.

Jack Guy LAFONTANT, à lui seul, ne peut pas occasionner cette crise. Un eventuel départ de Jack Guy LAFONTANT aurait dû engendrer le depart de ce parlement nombriliste aussi. Pour cette interpellation, Je serais d’avis dans la mesure où ce processus visant à renverser le premier ministre, n’était pas instrumentalisé et commandité uniquement par les victimes de l’événement du 6 au 8 juillet dernier. Cette évidence laisse comprendre que nous avons une justice et un parlement qui sont seulement au service de la bourgeoisie.

LIRE AUSSI:  Un Ministère de l'éducation nationale logé dans plus d'une quinzaine d'espaces loués pour des sommes faramineuses ne peut pas fixer les frais scolaires.

Au cas où l’on renvoierait Jack Guy LAFONTANT, une autre guerre pour la conquête des ministères et des postes de directeur général va commencer par ces mêmes sénateurs et députés en dehors de la revendication populaire.

Paru le 13 Juillet 2018

Tous droits réservés.

error: Content is protected !!