23 °C Port-au-Prince, HT
30 septembre 2022

Dix mois après  l’assassinat de Jovenel Moise, l’avocat Newton Louis St Juste demande au Gouvernement américain de clarifier sa position

Alors que l’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moise se trouve au point mort en Haïti  depuis 10 mois, l’avocat haïtien Newton Louis St Juste, qui est devenu une voix juridique de premier plan cherchant la vérité derrière ce meurtre, interpelle les Etats-Unis de clarifier sa position.
Dans une interview accordée au journal newyorkais Haïti Liberté, l’homme de loi se dit troublé du fait que la CIPA ait été invoquée dans cette affaire, 10 jours après sa lettre à l’Administration américaine sur l’impunité dont jouissent les citoyens américains qui ont planifié le crime aux Etats-Unis.

Dix mois après  l’assassinat de Jovenel Moise, l’avocat Newton Louis St Juste demande au Gouvernement américain de clarifier sa position

Alors que l’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moise se trouve au point mort en Haïti  depuis 10 mois, l’avocat haïtien Newton Louis St Juste, qui est devenu une voix juridique de premier plan cherchant la vérité derrière ce meurtre, interpelle les Etats-Unis de clarifier sa position.
Dans une interview accordée au journal newyorkais Haïti Liberté, l’homme de loi se dit troublé du fait que la CIPA ait été invoquée dans cette affaire, 10 jours après sa lettre à l’Administration américaine sur l’impunité dont jouissent les citoyens américains qui ont planifié le crime aux Etats-Unis.

Pour Me. St Juste, la demande de la CIPA (Classified Information Procedures Act) suggère que certaines personnes qui ont travaillé auparavant ou qui travaillent actuellement pour le gouvernement américain ont joué un rôle dans l’assassinat de Jovenel Moise. Il semble que les États-Unis savaient quelque chose ou veulent encore cacher quelque chose. Ce que nous recherchons, c’est la vérité et les auteurs intellectuels de l’assassinat, a déclaré l’homme de loi.

Depuis décembre 2021, l’avocat a lancé une campagne tous azimuts pour chercher la vérité sur cette affaire, selon ses déclarations exprimées dans plusieurs interviews et lettres adressées à plusieurs institutions nationales et internationales. Par exemple, le 4 avril, il a demandé au Procureur général dominicain d’enquêter sur les  prétendus  actes de  blanchiment  d’argent au niveau du système bancaire dominicain où 20 millions de dollars américains auraient transité pour assassiner Jovenel Moïse. Puis, le 18 avril, il a publiquement écrit au Secrétaire d’État américain, Anthony Blinken, lui demandant de dissiper tout doute sur une éventuelle implication active ou passive des États-Unis dans l’assassinat.

« Nous savons que certaines des personnes impliquées dans le meurtre travaillaient pour la DEA ou le FBI dans le passé, nous devons donc savoir dans ce cas s’ils agissaient seuls ou pour l’une de ces agences américaines, a déclaré Saint-Juste à Haïti Liberté. « La demande de l’accusation suggère que les États-Unis ont joué un rôle dans cet assassinat et qu’ils tentent de cacher leur participation. Il est important que les États-Unis clarifient cette situation. S’ils continuent à cacher la vérité et à garder le silence sur cet assassinat, je pense que tout le monde conviendra qu’ils ont joué un rôle ».

L’avocat a également  l’intention d’écrire aux membres du Congrès américain, qui en janvier ont appelé à une enquête sur l’assassinat et à un rapport d’ici juillet.

L’exécutif américain a le contrôle total de cette enquête. Il y a un risque que nous ayons une impunité totale pour les citoyens américains qui ont travaillé auparavant ou qui travaillent pour le gouvernement américain.

Il est important que le Congrès sache que nous devons connaître la vérité, et la seule façon de trouver la vérité est d’avoir une enquête impartiale, surenchérit l’avocat.

Kapzy News propose à ses lecteurs les versions française, anglaise et espagnol de cet article d’Haïti Liberté.

Version française

Les États-Unis et l’assassinat de Jovenel Moïse
Les États-Unis dissimulent-ils leur rôle dans le meurtre de Moïse ?

Kim Ives -May 4, 20220163

Il y a de plus en plus de signes que Washington a peut-être joué un rôle plus important dans l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse le 7 juillet 2021 qu’on ne le pensait auparavant.
Il y a de plus en plus de signes que Washington a peut-être joué un rôle plus important dans l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse le 7 juillet 2021 qu’on ne le pensait auparavant.

La mise sous scellés, réussie, des preuves par le ministère américain de la Justice la semaine dernière dans sa poursuite du mercenaire colombien Mario Antonio Palacios Palacios (qui a été extradé du Panama vers Miami en janvier) est le dernier développement d’un schéma émergent qui suggère que les États-Unis s’efforcent de dissimuler la preuve de leur complicité dans l’horrible magnicide.

Le ministère américain de la Justice a réussi à sceller des preuves la semaine dernière dans sa poursuite contre le mercenaire colombien Mario Antonio Palacios Palacios, l’un des tueurs qui a été extradé du Panama vers Miami en janvier. C’est le dernier développement d’un schéma émergent qui suggère que les États-Unis s’efforcent de dissimuler la preuve de leur complicité dans l’horrible magnicide.

Le 28 avril, l’avocat américain adjoint Walter Norkin a demandé au juge de district américain Jose E. Martinez de cacher certaines preuves à l’avocat de la défense de Palacios, Alfredo Izaguirre, en vertu de la loi sur les procédures d’informations classifiées (CIPA). Cette législation est conçue pour contrecarrer “une menace potentielle… à la sécurité nationale [des États-Unis]”. Le juge Martinez a accepté la demande.

Le président Jovenel Moïse acceptant les lettres de créance du nouvel ambassadeur de Russie en Haïti, Sergey Melik-Bagdasarov, le 2 juin 2021. Des démarches diplomatiques comme celle-ci ont-elles eu une incidence sur l’assassinat de Moïse ?

La spéculation grandit maintenant que le gouvernement américain cache des preuves pour garder son rôle dans l’assassinat mystérieux.
“Le gouvernement télégraphie à peu près l’implication de la CIA“, a déclaré à Univision Mike Vigil, l’ancien chef des opérations de la Drug Enforcement Agency (DEA) dans les Caraïbes.
“Les procureurs ne sont pas censés traiter directement avec la CIA“, a également déclaré l’ancien procureur fédéral américain Richard Gregorie à Univision, “mais lorsqu’une poursuite doit divulguer des informations classifiées provenant de la CIA ou impliquant directement la CIA, il doit y avoir des protocoles qui impliquent CIPA”.

Le juge de district américain de Miami, Jose E. Martinez, a accédé à la demande du ministère américain de la Justice de dissimuler des preuves au motif de la protection de la «sécurité nationale» des États-Unis.

La loi “est normalement invoquée dans les affaires de terrorisme ou d’espionnage“, a déclaré l’ancien avocat américain par intérim Michael Sherwin au Miami Herald.
L’avocat haïtien Newton Saint-Juste, qui est devenu une voix juridique de premier plan cherchant la vérité derrière le meurtre de Jovenel Moïse, est troublé que la CIPA ait été invoquée dans cette affaire.

« La demande du CIPA suggère que certaines personnes qui travaillaient auparavant ou qui travaillent actuellement pour le gouvernement américain ont joué un rôle dans l’assassinat de Jovenel Moise », a déclaré Saint-Juste. « Il semble que les États-Unis savaient quelque chose ou veulent encore cacher quelque chose. Ce que nous recherchons, c’est la vérité et les cerveaux de cet assassinat ».

Le 4 avril, Saint-Juste a demandé au procureur général dominicain d’enquêter sur le prétendu blanchiment par l’intermédiaire de banques dominicaines de 20 millions de dollars utilisés pour l’assassinat de Moïse. Puis, le 18 avril, il a publiquement écrit au secrétaire d’État américain Anthony Blinken, lui demandant de “dissiper tout doute sur une éventuelle implication active ou passive des États-Unis” dans l’assassinat.
« Nous savons que certaines des personnes impliquées dans le meurtre travaillaient pour la DEA ou le FBI dans le passé, nous devons donc savoir dans ce cas s’ils agissaient seuls ou pour l’une de ces agences américaines », a déclaré Saint-Juste à Haïti Liberté. « La demande de l’accusation suggère que les États-Unis ont joué un rôle dans cet assassinat et qu’ils tentent de cacher leur participation. Il est important que les États-Unis clarifient cette situation. S’ils continuent à cacher la vérité et à garder le silence sur cet assassinat, je pense que tout le monde conviendra qu’ils ont joué un rôle ».
Dr. Frantz Large
Une ancienne source gouvernementale haïtienne de haut rang, qui souhaite rester anonyme, a déclaré que l’inaction de Washington contre trois hommes d’affaires basés en Floride et citoyens américains – Antonio Intriago, Walter Veintemilla et Arcangel Pretel Ortiz – est très accablante. Ils sont les propriétaires des sociétés Counter Terrorist Unit (CTU) et Worldwide Capital Lending Group – qui ont été respectivement embauchés pour tuer Moïse et qui ont financé les mercenaires colombiens et maintenant emprisonnés. La source a également déclaré que l’accréditation par Jovenel Moïse le 2 juin 2021, un mois avant son assassinat, d’un nouvel ambassadeur de Russie en Haïti, Sergey Melik-Bagdasarov, pourrait avoir motivé Washington à jouer un rôle dans le complot ou à fermer les yeux. Haïti et la Russie « ont discuté des perspectives de renforcement des relations bilatérales entre les deux pays », a écrit Moïse dans un tweet au moment de la cérémonie des lettres de créance.
L’éminent intellectuel et ophtalmologiste Dr Frantz Large, un ami du président assassiné, a accusé Washington d’être en colère que Moïse établisse des relations avec la Russie et s’efforce de rétablir les liens avec le président vénézuélien Nicolas Maduro. Large allègue que Moïse a été exécuté par les services secrets américains parce qu’il effectuait un changement de direction.

Le quatrième juge d’instruction d’Haïti, Merlan Belabre, a vu son mandat expirer le 25 avril, n’ayant rien accompli. Le Premier ministre par intérim Ariel Henry, qui est impliqué dans l’assassinat, n’a fait aucune déclaration ni tenu de conférence de presse sur l’absence de progrès dans l’enquête depuis son arrivée au pouvoir en juillet dernier.
Selon l’avocat Newton Saint-Juste : « Il semble que les États-Unis savaient quelque chose ou veulent encore cacher quelque chose ».

Le dysfonctionnement judiciaire et politique en Haïti a permis aux États-Unis de prendre efficacement le contrôle de l’enquête sur le meurtre, malgré sa possible implication dans le crime. Deux des principaux suspects – Palacios et l’ancien trafiquant de drogue haïtien Rodolphe “Whiskey” Jaar – sont détenus à Miami, tandis qu’un troisième – l’ancien sénateur haïtien John Joel Joseph – doit bientôt être extradé vers Miami depuis la Jamaïque.

Pendant ce temps, Saint-Juste a l’intention d’écrire aux membres du Congrès américain, qui en janvier ont appelé à une enquête sur l’assassinat et à un rapport d’ici juillet.

« L’exécutif américain a le contrôle total de cette enquête », a déclaré Saint-Juste. « Il y a un risque que nous ayons une impunité totale pour les citoyens américains qui ont travaillé auparavant ou qui travaillent pour le gouvernement américain.

Il est important que le Congrès sache que nous devons connaître la vérité, et la seule façon de trouver la vérité est d’avoir une enquête impartiale ».

Version anglaise

Is the U.S. Covering Up its Role in Moïse’s Murder?

Kim Ives -May 4, 2022

President Jovenel Moïse accepting the credentials of new Russian Ambassador to Haiti, Sergey Melik-Bagdasarov, on Jun. 2, 2021. Did diplomatic moves like this have a bearing on Moïse’s assassination?
There are growing signs that Washington may have played a greater part in the Jul. 7, 2021 assassination of Haitian President Jovenel Moïse than previously understood.

The U.S. Justice Department successfully sealed evidence last week in its prosecution of Colombian mercenary Mario Antonio Palacios Palacios, one of the fatal machine-gunning’s triggermen who was extradited from Panama to Miami in January. It is the latest development in an emerging pattern that suggests the U.S. is working to conceal proof of its complicity in the gruesome magnicide.

In April, Assistant U.S. Attorney Walter Norkin asked U.S. District Judge Jose E. Martinez to hide certain evidence from Palacios’ defense attorney, Alfredo Izaguirre, under the Classified Information Procedures Act (CIPA). This legislation is designed to thwart “a potential threat… to [U.S.] national security.” Judge Martinez agreed to the request on Apr. 28.
Speculation is now growing that the U.S. government is hiding evidence to keep its role in the assassination a mystery.

Miami U.S. District Judge Jose E. Martinez granted the U.S. Justice Department’s request to conceal evidence on the grounds of protecting U.S. “national security.”
“The government is pretty much telegraphing CIA involvement,” Mike Vigil, the former head of Drug Enforcement Agency (DEA) operations in the Caribbean told Univision.

“The prosecutors are not supposed to deal directly with the CIA,” former U.S. federal prosecutor Richard Gregorie also told Univision, “but where a prosecution must disclose classified information which comes from the CIA or directly involves the CIA, there must be protocols that involve CIPA.”

The law “is normally invoked in terrorism or espionage cases,” former acting U.S. attorney in Washington, DC Michael Sherwin told the Miami Herald.

Haitian lawyer Newton Saint-Juste, who has become a leading legal voice seeking the truth behind Jovenel Moïse’s murder, is disturbed that CIPA has been invoked in this case.

“The CIPA request suggests that some people who worked previously or who are currently working for the U.S. government had a role in the assassination of Jovenel Moise,” Saint-Juste said. “It appears that the U.S. knew something or still wants to hide something. What we are looking for is the truth and the masterminds of this assassination.”

On Apr. 4, Saint-Juste requested the Dominican Attorney General investigate the alleged laundering through Dominican banks of $20 million used for Moïse’s assassination. Then on Apr. 18, he publicly wrote U.S. Secretary of State Anthony Blinken, asking him to “clear away all doubt about a possible active or passive involvement of the United States” in the assassination.

“We know some of the people involved in the killing worked for the DEA or FBI in the past, so we need to know in this case if they were acting on their own or for one of these U.S. agencies,” Saint-Juste told Haïti Liberté. “The prosecution’s request suggests that the U.S. has played a role in this assassination and they are trying to hide their participation. It is important for the U.S. to clarify this situation. If they keep hiding the truth and remain silent on this assassination, I think everyone will agree that they played a role.”

A former high-ranking Haitian government source, who wishes to remain anonymous, said that Washington’s lack of action against three Florida-based businessmen who are U.S. citizens – Antonio Intriago, Walter Veintemilla, and Arcangel Pretel Ortiz – is very damning. They are the owners of the companies Counter Terrorist Unit (CTU) and Worldwide Capital Lending Group — which respectively hired and financed the now-imprisoned Colombian mercenaries who killed Moïse.

The source also said that Jovenel Moïse’s Jun. 2, 2021 accreditation, one month before his assassination, of a new Russian Ambassador to Haiti, Sergey Melik-Bagdasarov, may have motivated Washington to play a role in the plot or turn a blind eye. Haiti and Russia “discussed the prospects for strengthening bilateral relations between the two countries,” Moïse wrote in a tweet at the time of the credentials ceremony.

According to lawyer Newton Saint-Juste: ““It appears that the U.S. knew something or still wants to hide something.”

Prominent Haitian intellectual and ophthalmologist Dr. Frantz Large, a friend of the slain president, has charged that Washington was angry that Moïse was establishing relations with Russia and working to mend ties with Venezuela’s president Nicolas Maduro. Large alleges that Moïse “was executed by the American secret services because he was making a [political] change of direction.”

Haiti’s fourth investigating judge, Merlan Belabre, saw his mandate expire on Apr. 25, having accomplished nothing. Acting Prime Minister Ariel Henry, who is implicated in the assassination, has made no statements nor held any press conferences about the lack of progress in the investigation since taking power last July.

The judicial and political dysfunction in Haiti has made it easy for the U.S. to effectively take control the murder investigation, despite its possible implication in the crime. Two of the principal suspects – Palacios and former Haitian drug trafficker Rodolphe “Whiskey” Jaar – are being held in Miami, while a third – former Haitian Senator John Joel Joseph – is due to be extradited to Miami from Jamaica soon.
Meanwhile, Saint-Juste intends to write members of the U.S. Congress, which in January called for a probe of the assassination and a report by July.

“The U.S. executive has total control of this investigation,” Saint-Juste said. “There is a risk that we have total impunity for the U.S. citizens who worked previously or are working for the U.S. government. It’s important that the Congress knows that we need to know the truth, and the only way to find the truth is to have an unbiased investigation.”

Version espagnole

¿Estados Unidos está encubriendo su papel en el asesinato de Moïse?

Kim Ives-4 de mayo de 2022

El presidente Jovenel Moïse aceptando las credenciales del nuevo embajador ruso en Haití, Sergey Melik-Bagdasarov, el 2 de junio de 2021. ¿Movimientos diplomáticos como este influyeron en el asesinato de Moïse?
Cada vez hay más señales de que Washington puede haber jugado un papel más importante en el asesinato del presidente haitiano Jovenel Moïse el 7 de julio de 2021 de lo que se creía anteriormente.

El Departamento de Justicia de EE. UU. selló con éxito evidencia la semana pasada en su enjuiciamiento del mercenario colombiano Mario Antonio Palacios Palacios, uno de los esbirros  de la ametralladora fatal que fue extraditado de Panamá a Miami en enero.  Es el último desarrollo en un plano emergente que sugiere que Estados Unidos está trabajando para ocultar pruebas de su complicidad en el espantoso magnicidio.

En abril, el fiscal federal adjunto Walter Norkin le pidió al juez federal de distrito José E. Martínez que ocultara ciertas pruebas al abogado defensor de Palacios, Alfredo Izaguirre, en virtud de la Ley de Procedimientos de Información Clasificada (CIPA).  Esta legislación está diseñada para frustrar “una amenaza potencial… a la seguridad nacional [de EE. UU.]”.  El juez Martínez aceptó la solicitud el 28 de abril.
Ahora crece la especulación de que el gobierno de los EE. UU. está ocultando pruebas para mantener en el misterio su papel en el asesinato.

El juez federal de distrito de Miami, José E. Martínez, accedió a la solicitud del Departamento de Justicia de EE. UU. de ocultar pruebas con el argumento de proteger la “seguridad nacional” de EE. UU.

“El gobierno prácticamente está telegrafiando la participación de la CIA”, dijo a Univision Mike Vigil, exjefe de operaciones de la Agencia de Control de Drogas (DEA) en el Caribe.

“Se supone que los fiscales no deben tratar directamente con la CIA”, dijo también a Univision el exfiscal federal estadounidense Richard Gregorie, “pero cuando una acusación debe revelar información clasificada que proviene de la CIA o involucra directamente a la CIA, debe haber protocolos que involucren  CIPA”.
 
La ley “normalmente se invoca en casos de terrorismo o espionaje”, dijo al Miami Herald el exfiscal federal interino en Washington, DC, Michael Sherwin.
Al abogado haitiano Newton Saint-Juste, quien se ha convertido en una de las principales voces legales que buscan la verdad detrás del asesinato de Jovenel Moïse, le preocupa que se haya invocado la CIPA en este caso.

“La solicitud de CIPA sugiere que algunas personas que trabajaron anteriormente o que trabajan actualmente para el gobierno de los EE. UU. tuvieron un papel en el asesinato de Jovenel Moise”, dijo Saint-Juste.  “Parece que Estados Unidos sabía algo o todavía quiere ocultar algo.  Lo que estamos buscando es la verdad y los autores intelectuales de este asesinato”.

El 4 de abril, Saint-Juste solicitó al Fiscal General dominicano que investigara el presunto lavado de dinero a través de bancos dominicanos de $20 millones utilizados para el asesinato de Moïse. 

Luego, el 18 de abril, escribió públicamente al Secretario de Estado de los Estados Unidos, Antony Blinken, pidiéndole que “despejara toda duda sobre una posible participación activa o pasiva de los Estados Unidos” en el asesinato.
“Sabemos que algunas de las personas involucradas en el asesinato trabajaron para la DEA o el FBI en el pasado, por lo que necesitamos saber en este caso si actuaron por cuenta propia o para una de estas agencias estadounidenses”, dijo Saint-Juste a Haití.  Liberté.  “La solicitud de la fiscalía estadunidense sugiere que Estados Unidos ha jugado un papel en este asesinato y están tratando de ocultar su participación.  Es importante que Estados Unidos aclare esta situación.  Si siguen ocultando la verdad y guardan silencio sobre este asesinato, creo que todos estarán de acuerdo en que jugaron un papel”.
Una ex fuente de alto rango del gobierno haitiano, que desea permanecer en el anonimato, dijo que la falta de acción de Washington contra tres empresarios con sede en Florida que son ciudadanos estadounidenses: Antonio Intriago, Walter Veintemilla y Arcangel Pretel Ortiz, es muy condenatoria.  Son los propietarios de las empresas Counter Terrorist Unit (CTU) y Worldwide Capital Lending Group, que contrataron y financiaron, respectivamente, a los mercenarios colombianos ahora encarcelados que mataron a Moïse.

La fuente también dijo que la acreditación de Jovenel Moïse el 2 de junio de 2021, un mes antes de su asesinato, de un nuevo embajador ruso en Haití, Sergey Melik-Bagdasarov, puede haber motivado a Washington a desempeñar un papel en el complot o hacer la vista gorda.  Haití y Rusia “discutieron las perspectivas de fortalecer las relaciones bilaterales entre los dos países”, escribió Moïse en un tuit en el momento de la ceremonia de credenciales.
 
Segun el abogado Newton Saint-Juste: “Parece que Estados Unidos sabía algo o todavía quiere ocultar algo”.

El destacado intelectual y oftalmólogo haitiano Dr. Frantz Large, amigo del presidente asesinado, ha dicho que Washington estaba enojado porque Moïse estaba estableciendo relaciones con Rusia y trabajando para reparar los lazos con el presidente de Venezuela, Nicolás Maduro.  Large alega que Moïse “fue ejecutado por los servicios secretos estadounidenses porque estaba haciendo un cambio [político] de dirección”.

El cuarto juez de instrucción de Haití, Merlan Belabre, vio expirar su mandato el 25 de abril, sin haber logrado nada.  El primer ministro interino Ariel Henry, implicado en el magnicidio, no se ha pronunciado ni ha realizado ruedas de prensa sobre la falta de avances en la investigación desde que asumió el poder en julio pasado.

La disfunción judicial y política en Haití ha facilitado que EE. UU. asuma efectivamente el control de la investigación del asesinato, a pesar de su posible implicación en el crimen.  Dos de los principales sospechosos, Palacios y el ex narcotraficante haitiano Rodolphe “Whiskey” Jaar, están detenidos en Miami, mientras que un tercero, el exsenador haitiano John Joel Joseph, será extraditado a Miami desde Jamaica pronto.

Mientras tanto, Saint-Juste tiene la intención de escribir a los miembros del Congreso de los EE. UU., que en enero pidió una investigación del asesinato y un informe para julio.

“El ejecutivo estadounidense tiene el control total de esta investigación”, dijo Saint-Juste.  “Existe el riesgo de que haya total impunidad para los ciudadanos estadounidenses que trabajaron anteriormente o están trabajando para el gobierno de los Estados Unidos.  Es importante que el Congreso sepa que necesitamos saber la verdad, y la única manera de encontrar la verdad es tener una investigación imparcial”.

Source : Haitil Liberté

error: Content is protected !!