26 °C Port-au-Prince, HT
30 mai 2020

Des organisations de droits humains se positionnent sur la gestion de la COVID-19 et sur l’état d’urgence décrété le 19 mars par le président Jovenel Moïse

Des organisations de droits humains se positionnent sur la gestion de la COVID-19 et sur l'état d'urgence décrété le 19 mars par le président Jovenel Moïse 1

Conférence de presse

Vendredi 22 mai 2020

L’Alliance des Organisations de Défense, de promotion et de protection des Droits de la personne, composée de :JUSTICE ET SOLIDARITÉ-(JS), ACTION UNIVERSELLE DES DROITS ET LIBERTÉS (Act’UDL), OBSERVATOIRE HAITIEN DES DROITS HUMAINS (OHDH), ORGANISATION POUR LE SOUTIEN DE L’ENFANCE ET LES VIES (OSEVI), OGANIZASYON LIMYÈ NAN LAVI FANM (OLLAF), ACTION CONCERTÉE POUR LA PROMOTION, LA DÉFENSE DES DROITS HUMAINS (ACPRODDH) ET ASSOCIATION NATIONAL DES JURISTES HAÏTIENS ( ANAJUH), saluent la presse parlée, écrite, télévisée et en ligne qui joue un rôle fondamental dans le respect de la démocratie, mais aussi dans la lutte pour le respect et la protection des droits humains en Haïti.

En effet, plus de deux mois depuis que le président de la République, M. Jovenel Moïse a décrété l’état d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire national ; plus de deux mois que le chef du gouvernement, M. Jouthe Joseph a adopté un ensemble de mesures visant à limiter la COVID-19 dans le pays à travers un communiqué ; près de deux mois déjà où le chef de l’État a mis sur pied une commission dite scientifique afin de limiter les dégâts et d’apporter une solution à cette crise sanitaire.

LIRE AUSSI:  L'OSEVI prône un environnement sain aux enfants d'Haïti

Depuis lors, l’Alliance de défense pour le respect, la promotion et la protection de la personne humaine, constate que jusqu’à date aucune solution n’est visible, pas de mise en place pour accompagner réellement les citoyens dans tous les coins et recoins du pays, même l’électricité 24/24 promise par le président n’est jamais mise en application, le taux d’inflation continue à s’aggraver, pas assez d’eau potable disponible pour les citoyens.
Par contre, suivant les rapports du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), le virus s’avance à une vitesse vertigineuse;

Où est passé l’État ? Selon la Constitution en son article 19 il est clairement mentionné que « l’État à l’impérieuse obligation de respecter et de faire respecter les droits humains conformément à la déclaration universelle des droits de l’homme. »

Tenant compte de la précarité des citoyens en Haïti, qui en majeur partie vivent au jour le jour, qui, au grand nombre, font face au chômage, à la misère et au désespoir ; nous, les membres de ladite Alliance décidons, à travers cette conférence de presse, d’unir nos voix avec eux pour réclamer le meilleur.

LIRE AUSSI:  APROCH-HAÏTI, une association pour aider adéquatement les collectivités territoriales

Fort de ce constat, l’Alliance propose au chef de l’État et au chef du gouvernement ce qui suit :

-Révocation de la commission Scientifique.

  • proposition d’une liste de personnalité pour une nouvelle commission.
    Comme:
    Dr.Josette Bijoux
    Dr.Junot Félix
    Dr.Inesse Joseph (Phitothérapeute)
    Dr.Esther Ardouin
    Mme.Baïna Bélo
    Mme.Mirlande H.Manigat
    Fritz Alphonse Jean (Économiste)
    Dr.Ernst Noël
    Thomas Lalime (Économiste)
    Jean Baptiste Georchmy (Pharmacien)

Pour authentification :

Me. Ebens EXANTUS/ Directeur exécutif JUSTICE ET SOLIDARITE-JS

Me. Abel LOUISSAINT/ Président de L’Act’UDL

Me Jean Ronel SISTANIS, Cood. OHDH

Me. Berrick ESTIDORE/ Président OSEVI

Me. Marita CHARLOT/ Coordonatrice OLLAF

Me Jean Ronel SISTANIS / Coordonateur, a.i. de l’OHDH

Me Friztnel JOASIL / Coordonateur ACPRODDH

Me. Emmanuel JEAN
Président de l’ ANAJUH

error: Content is protected !!