22 °C Port-au-Prince, HT
2 mars 2021

Des organisations de base exigent la démission de Jovenel Moïse

Plusieurs organisations de base et des regroupements politiques proches de l’opposition dont AAPA, MOVID et RASOH ont, lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi 18 juillet 2018, exigé le départ sans condition du Chef de l’Etat Jovenel Moïse.

Par: Célou FLÉCHER

Le représentant du Mouvement Visionnaire Dessalinien (MOVID),Abel LORESTON, dans son intervention, plaide en faveur de la nomination d’un juge de la cour de cassation ainsi que la ratification d’un nouveau premier ministre issu du secteur de l’opposition pouvant répondre aux attentes de la population haïtienne.

Il appelle également à la formation d’un conseil des sages formé de 11 membres des 10 départements du pays et de la diaspora. Ces membres auront pour mission de conduire les États Généraux de la nation afin de doter le pays d’une nouvelle constitution et l’élaboration d’un projet de 25 ans pour sortir Haïti de ce marasme.

Le militant Abel LORESTON, rejette d’un revers de main les consultations entamées par le chef de l’État avec divers secteurs de la vie nationale sur le choix d’un nouveau premier ministre, a constaté l’agence KAPZY NEWS.

À leur tour, Louisma ULRICK et Etzer JEAN LOUIS dénoncent les actes de repression suivis d’arrestation qu’ils qualifient d’ « illégales et arbitraires » orchestrés par le commissaire du gouvernement de Port-Au-Prince M.Ocnam Clamé Daméus suite aux récents évènements du 6 au 8 juillet dernier.

Ces militants politiques réclament la libération de tous les individus arrêtés et exigent l’arrestation de toutes les personnes indéxées dans le dossier Petro-Caribe.

Pour conclure, Ils demandent à la population d’assumer ses responsabilités et de rester mobiliser contre tous ceux et toutes celles qui sont cause de leur misère.

error: Content is protected !!