28 °C Port-au-Prince, HT
26 février 2021

Affaire Petrocaribe:  l’ACCI dénonce le retard pris dans la publication du rapport final de la CSCCA

Il y a bientôt un an depuis que la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) a remis la deuxième partie de son rapport d’audit sur la dilapidation des fonds du programme Petrocaribe. L’Action Contre la Corruption et l’Impunité (ACCI) note qu’il reste encore une dernière partie représentant 25% du travail dont la Cour des Comptes n’a toujours pas rendu de rapport.

Affaire Petrocaribe:  l'ACCI dénonce le retard pris dans la publication du rapport final de la CSCCA 1

La publication du rapport final de la Cour des Comptes relatif à cette dernière partie de l’audit était prévue pour le mois de Mars 2020. Le mois de Mars s’est déjà écoulé. Nous sommes pratiquement à la fin du mois d’Avril, le rapport n’a toujours pas été rendu public. L’ACCI déplore que les conseillers de la Cour Supérieur des Comptes et du Contentieux Administratif n’aient fourni jusqu’ici aucune explication sur le retard mis dans la publication de ce rapport très attendu par la société haïtienne.

Nous voudrions attirer l’attention des conseillers de la Cour des Comptes sur le fait que la publication de ce rapport est importante aussi bien que les deux premières parties déjà rendues publiques.  De même, nous attendons à ce que la CSCCA émette des arrêts de débet contre ceux et celles qui avaient mal géré les fonds publics mis à leur disposition dans le cadre de l’exécution de certains projets qui n’ont pas été réalisés d’ailleurs, dans la plupart des cas.  Un rapport d’audit complet de la Cour des Compte et des arrêts de débet, sont extrêmement importants dans le cadre d’un procès sérieux des dilapidateurs des fonds du programme Petrocaribe.

Le pays fait face difficilement à la crise sanitaire du coronavirus. Nous savons qu’il est fondamental que chacun se protège pour ne pas contracter le virus. Toutefois, nous notons que, quoiqu’avec un personnel réduit, l’Etat continue de fonctionner au point que l’Office National de l’Identification (ONI) délivre des cartes d’identification. C’est un bon signe. Cela nous porte à croire que les conseillers de la Cour des Comptes ne peuvent brandir  la crise du covid-19 comme prétexte pour ne pas rendre son rapport final.

Pendant qu’on se bat contre la pandémie du coronavirus, nous devons nous rappeler que le virus de la corruption demeure l’une des pires réalités auxquelles notre société doit faire face. Ce virus est responsable de l’extrême vulnérabilité des haïtiens, incapables aujourd’hui de faire face à la crise sanitaire du covid-19, fautes d’infrastructures hospitalières adéquates.

Stevenson Tivil
509-4415-4941

Jean Julien Robenson
509-4870-6808

Nazaire Beadler
509-37751935

error: Content is protected !!