31 °C Port-au-Prince, HT
5 octobre 2022

SKL – Pour une défense de la liberté d’expression en Haïti

Actes de violences et de répressions à l’encontre des ouvrières, ouvriers et journalistes… Ce sont les constats faits avec consternation par l’Organisation de Défense des Droits Humains Sant Karl Lévêque (SKL) ce 24 février 2022. « Ce climat de brutalité sanglante est malheureusement instauré par des policiers », signale le SKL.

SKL - Pour une défense de la liberté d'expression en Haïti

Le SKL, sous la plume de son Directeur Exécutif, le Révérend Père Gardy MAISONNEUVE, retrace les derniers actes inhumains des agents de la police, dont la femme enceinte gazée le jeudi 10 février 2022 et les journalistes Sony Laurore, blessé par balles, Yves Moine, également blessé par balles, et Maxihen Lazzare, blessé mortellement par les balles d’un agent de police le mercredi 22 février 2022.

« Violation grave de la liberté d’expression des manifestants et atteinte à l’exercice de la profession de journalisme en Haïti. », telles sont les explications que le Sant Karl Lévêque attribue au comportement des policiers. Le SKL argumente sa position par les articles 28 et 28.1 de la constitution du 29 mars 1987.

Selon le SKL, cette crise n’est pas encore résolue à cause du manque de volonté politique et de leadership du secteur privé et des autorités étatiques. Le Conseil Supérieur des Salaires (CSS) qui devait se réunir trois mois avant la fin de chaque exercice fiscale, selon les articles 4 et 4.1 de la loi du 6 octobre 2009, n’a pas joué son rôle.

Le SKL conclut en exhortant les autorités compétentes à satisfaire les revendications des ouvrières et ouvriers. Il exhorte également les autorités policières à enquêter et à punir les policiers ayant commis les bavures du 22 février dernier.

error: Content is protected !!