31 °C Port-au-Prince, HT
29 septembre 2022

La titulaire du MCFDF présente un bilan à l’occasion de la journée nationale des femmes

La ministre Sofia Loréus a présenté un bilan du mouvement des femmes en Haïti le dimanche 3 avril 2022, date consacrée à la journée nationale du mouvement des femmes haïtiennes. La ministre a profité pour faire une piqure de rappel historique et a salué la mémoire de ceux et de celles qui ont mené ces combats.

La titulaire du MCFDF présente un bilan à l’occasion de la journée nationale des femmes

La première tête du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF), Sofia Loréus, a présenté, en cette occasion spéciale marquant la journée nationale du mouvement féministe haïtien, ses plus respectueuses salutations aux militantes et militants haïtiens qui combattent pour une société égalitaire.
Elle a présenté le bilan des luttes ayant abouti à plusieurs revendications féminines comme la création du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF), le décret-loi de 2005 qui reconnait le viol comme un crime, la loi sur la paternité, la Maternité et la filiation, le quota d’au moins 30% de femmes dans les espaces de décision, l’adoption politique e l’égalité Homme-Femme…

La ministre présente également l’historicité du 3 avril, une date symbolique : le 3 avril 1986, plus de 30 000 haïtiens, majoritairement des femmes et des filles se sont rendus dans les rues pour lancer un appel au respect des droits des femmes et la participation de ces dernières dans les décisions nationales. Cette foule a aussi déploré les situations d’exploitations dont les femmes sont l’objet.

« Fanm Ayisyen, ann ranfòse kapasite nou nan bay Mouvman Fanm nan bon jan jarèt pou yon demen miyò », c’est autour de ce thème que s’est déroulée la journée. Certaines activités sont en cours de planification, malgré les faibles moyens du ministère : sensibilisation dans les écoles des classes humanitaires, lancement de la ligne téléphonique 8919 pour les femmes et les filles victimes de viol, etc.

En fin du discours, la ministre salue la mémoire de nombreuses femmes haïtiennes dévouées à défendre la cause féminine. Elle salue, de manière particulière les organisations féminines et les institutions accompagnatrices. CEDEF, BELME DO PARA, sont parmi les conventions internationales ratifiées par l’État haïtien, qui servent d’outils légaux à la défense des droits des femmes, poursuit la ministre.

En comclusion, la ministre lance un appel à contribuer grandement dans la construction d’une société sans violence, équilibrée et remercie ceux qui ont déjà commencé à faire valoir cet objectif.

error: Content is protected !!