34 °C Port-au-Prince, HT
4 octobre 2022

Fritz Alphonse Jean dénonce l’insécurité qui sévit à Croix-des-Bouquets et au sud de la capitale

Suite à la nouvelle de l’assassinat du commissaire de police Jean Ismay Auguste et de sa femme Clotilde Verlus, alors que leur fillette a été blessée par balle, dans une note de sympathie, le candidat à la présidence provisoire d’Haïti de l’accord Montana, M. Fritz Alphonse Jean, dénonce le siège presque total de la ville de la Croix-des-Bouquets par des groupes armés depuis déjà un certain temps.

Fritz Alphonse Jean dénonce l'insécurité qui sévit à Croix-des-Bouquets et au sud de la capitale

L’ex Gouverneur de la Banque centrale qui présente ses sympathies les sincères aux familles et aux proches des victimes, notamment à la famille d’un ami proche de son équipe, Patrice Israël, ancien commissaire de la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiant (BLTS), décédé à l’hôpital Bernard Mevs jeudi, rappelle que de valereux citoyens sont victimes régulièrement dans la commune de la Croix-des-Bouquets.

Dans cette même, M. Jean a tiré la sonnette d’alarme contre la prise d’otages de l’entrée sud de la capitale par les groupes de jeunes armés entraînant une diminution considérable de la circulation des personnes et des biens. Cette situation est la manifestation de la faillite d’un Etat incapable de remplir ses missions régaliennes comme la sécurité et la juste, a souligné le candidat.

 » Le Pays en a assez. L’expansion des gangs armés entraînent des conséquences néfastes sur le tissu social et notre économie. Ces actes répréhensibles détruisent les familles, déstructurent nos foyers de commerce. Des centres commerciaux populaires comme Croix-des-Bossales au centre-ville, à Martissant ou à la Croix-des-Bouquets n’existent presque plus. Il est temps pour nous de sortir le Pays de cette Impasse et ce désordre qui déconstruit nos institutions et nous conduit à la marginalisation d’Haïti dans le Concert des Nations. La refondation de l’État est incontournable « , peut lire dans la note.

Pour conclure, M. Alphonse Jean, à travers son bureau de communication, invite ses chers compatriotes à emprunter la voie du consensus pour pouvoir sortir le pays de cette instabilité chronique et offrir à la population un lendemain meilleur, et rendre effectives de nouvelles opportunités de collaboration à notre diaspora.

error: Content is protected !!